AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

La voix du Silence [PV Gaby <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Raphaël Crimson

Dragon
Sage de la Connaissance

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: La voix du Silence [PV Gaby <3] Lun 14 Nov - 19:34

Nous discutâmes longuement, de tout et de rien, de son élevage et de mes livres, de la nuit, des rêves que nous faisions, même si personnellement tout n’était pas très véridique. Nous nous taquinions aussi, nous insultions, parce que c’était une habitude et que malgré la tendresse que nous avions l’un pour l’autre, nous étions frère et que par définition, des frères, ça se chamaille. Lui sur Chronos, moi sur Bucéphale, nous dénotions. Les gens dans la ville nous regardaient, certains nous saluaient, connaissances parmi d’autres. Parfois des amis, mais jamais bien proche pour moi. J’avais appris à me méfier, et même après vingt-cinq années, je ne pouvais oublier ma vie passée.

La balade se poursuivit dans le calme. Durant quelques minutes, et quand le chemin terreux le permit, je mis ma monture au gallot, défiant Gabriel de me suivre. Au final, se fut plus que plusieurs minutes. Nous arrivâmes légèrement épuisés, essoufflés, au lac, et les montures transpiraient sous l’effort brusque que nous venions de leur demander. Je descendis de Bucéphale et lui enlevai le harnais, ainsi que le reste de l’équipement pour qu’il soit tranquille. Je le flattai, murmurai des compliments à son oreille avant de lui donner une légère claque pour qu’il aille brouter ailleurs et se désaltérer. Les yeux brillants de fierté, je le regardai trottiner la crinière au vent. Sublime.

Et mon regard tomba ensuite sur mon frère où je restai accroché. La lueur de fierté avait mué en quelque chose d’autre, de plus profond. C’était à la limite de la fascination. Je me forçai à détourner le visage et me dirigeai vers le lac où je m’agenouillai pour m’asperger le visage. Je tournai la tête vers mon frère alors qu’une goutte me chatouillait à descendre le lent de ma nuque pour se perdre dans ma clavicule. Et continuer sa course plus bas. Je lui fis un clin d’œil et me redressai, commençant à me déshabiller.

J’enlevai mon dessus, faisant glisser la veste le long de mes épaules pour la laisser choir au sol, lentement. Mes mains s’attardèrent sur mes hanches, prêtes à enlever également le pantalon. Mais je stoppai. Je ne portais rien en dessous. Je me fichais de me montrer nu devant Gabriel, mais lui… ça le dérangerait peut-être. Je laissai passer un léger soupire avant de plonger dans l’eau tête la première, pour ressortir quelques mètres plus loin, souriant et étincelant à cause de l’eau. Je pris ma forme dragonique, toujours bien inférieure à celle qui était la mienne véritable, et je piaffai comme je savais si bien le faire pour me rendre ridicule. Je battis des ailes, éclaboussant partout, et invitant mon frère à faire comme moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Crimson

Métamorphe
Alpha des Félins
MétamorpheAlpha des Félins

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: La voix du Silence [PV Gaby <3] Mar 15 Nov - 20:37

La balade s'était déroulée tranquillement, comme une sortie entre frères devrait sans doute se dérouler dans les carcans de normalité bien ancrés. Pour ma part je continuais à sentir une certaine réserve. Je savais qu'elle venait aussi bien de moi que de lui, mais je peinais sincèrement à savoir ce qui le dérangeait, lui. Moi, je ne voulais pas l'ennuyer. Après autant de temps passé loin l'un de l'autre, peut-être avait-il cessé de ressentir quelque chose et se sentait embarrassé vis à vis de moi, incapable de savoir comment se comporter avec moi. Peut-être était-il simplement gêné d'avoir fait une chose pareille avec son "propre frère". Ou alors je le dégoûtais mais... je l'aurais senti. Je crois. A moins de me voiler la face. Ce qui expliquerait son départ soudain sans regard en arrière ni explication. Moi j'avais peur de le faire fuir, mais lui ? Craignait-il de me blesser ? De me faire mal en me disant que tout ce qu'il s'était passé autrefois ne relevait que d'une erreur de jeunesse quand bien même on était, autrefois, sûrs de ce que l'on faisait ? Je retins le soupire lourd qui me démangeait. Cette distance, cette réserve, elle me rendait aussi nerveux qu'un chat au bord de l'eau... comme je pouvais moi-même l'être parfois. Je ne me sentais pas à l'aise et la retraite me paraissait souvent utile voir carrément vitale. Collez un lion hydrophobe dans une pièce dont la moitié est constituée d'un plan d'eau, et tentez seulement d'entrer dans la pièce. Le résultat sera un véritable carnage. Trop de temps avec cette réserve en face de moi, comme une pancarte indiquant un problème dont j'ignorais la profondeur, me rendait nerveux, porté sur les nerfs... et dans ces cas là mes pertes de contrôle étaient fréquentes et en toute franchise, j'aime autant éviter de péter les plombs devant mon propre frère. Il n'avait pas besoin de ça pour... me détester ? un peu plus.

L'arrêt nous fit du bien autant qu'il fit plaisir aux chevaux. Les flancs écumant et la bave aux lèvres, ils étaient épuisés les pauvres. Je souris et bouchonnais rapidement ma propre monture pour retirer la sueur et lui éviter certains parasites, laissant la sellerie par terre sans un regard en arrière. Chronos était on ne peut plus fidèle et si il partait, il avait parfaitement conscience qu'un mot de moi le contraindrait à revenir sur ses pas. Je lui flattais l'encolure et me tournais vers mon frère.
Je dois dire que malgré la réserve ou en tout cas la tension qui régnait entre nous, mon frère n'en loupait pas une pour mettre mon self-control à mal. Autant dire que la goutte d'eau qui glissa sensuellement dans son cou, ruisselant sur sa clavicule pour se perdre dans son haut, le tout suivit d'un clin d’œil de mon frère manqua de me rendre fou. Je me retournais précipitamment en regrettant que Chronos se soit barré brouter plus loin. Je me retournais le temps d'apercevoir l'hésitation de Raphaël à ôter également son pantalon. Quoi ? Il ne voulait pas que je le vois à poil ? A croire qu'il avait oublié que je l'avais déjà vu nu. Un tic irrité - et blessé mais je ne l'avouerais jamais - m'échappa tandis que j'observais la courbe délicieuse de son corps le temps de son court plongeon dans l'eau. Je secouai la tête et éclatais de rire en le voyant se ridiculiser sous sa forme plumeuse, mon petit frère... dans sa forme réelle il n'avait rien à envier à une montagne ce couillon là. Je me faufilais rapidement dans les buissons alentours, le temps de me dévêtir suffisamment à l'abri pour que mon frère ne voit rien en dessous de la taille - il était gêné ? J'allais respecter son désir. Pour l'instant. J'étendis mes vêtements sur les branches d'un arbre à bonne distance de l'eau mais en plein milieu d'une flaque de soleil. Je frémis délicieusement en songeant combien il serait agréable d'enfiler des vêtements bien chaud.

C'est une fois cela fait que je commençais à muter. J'étais entièrement nu, hormis mes bijoux et l'élastique que j'utilisais pour attacher mes cheveux. Les vêtements, appartenant à mon enveloppe humaine, rendaient le changement plus difficile. Un coup sur deux, le changement les déchirait, l'autre possibilité les faisait juste disparaître le temps du changement et je les récupérais en reprenant forme humaine mais là je n'avais aucune raison de risquer de perdre de nouveaux vêtements. Mon corps changea lentement, précautionneusement. Chaque étape me permit de garder le lion à distance, lui qui prenait souvent les commandes lorsque je passais sous cette forme sans faire attention, sur un coup de tête... alors en cas de transformation je devais être prudent pour ne lui laisser aucune chance.
Je ressortis de l'ombre des arbres sous la forme d'un grand lion... et me jetais dans une course puissante jusqu'à bondir lourdement dans l'eau, faisant bien en sorte d'éclabousser le plus possible aux alentours. Une fois sous l'eau, je mis une seconde à trouver comment rester à la surface sans couler comme une pierre - les lions sont des êtres extrêmement compacts et lourds avec peu de graisse pour flotter un minimum... alors j'avais la fâcheuse tendance à couler - et commençais à asperger mon frère de grandes vagues de flotte dégagées à l'aide de mes grosses pattes bien utiles.

Être sous forme de lion - et lui de dragon - m'aidais souvent à garder le contrôle. Vous avez déjà essayé de rester dans une même pièce avec la personne que vous aimez le plus au monde, que vous connaissez le mieux possible - surtout dans de telles conditions - et que vous désirez le plus au monde ? J'ignore si vous en avez conscience mais dans ces cas là, on a fréquemment le besoin de toucher la personne. D'une manière presque innocente ou amicale. Lui toucher le bras. Lui taper l'épaule en riant. Lui chatouiller les côtes pour rire et vous sentir proche de lui. Le taquiner gentiment... ou lorsque vous êtes assit à côté de cette personne, d'avoir les jambes dangereusement proches des siennes et finir, accidentellement, à ce que la votre soit complètement contre la sienne, reposant dessus comme pour se soutenir. On en a rarement conscience, on le fait instinctivement, pour se rassurer, pour attirer son attention. Avec Raphaël c'était pareil pour moi, mais j'allais plus loin que la seule main sur l'épaule. Je me collais parfois à lui, jouant de ma forte tendance à séduire les gens ou en tout cas à les provoquer ouvertement pour expliquer ma façon de faire, prétextant le besoin d'un câlin qu'il m'offrait le plus souvent quand il ne m'envoyait pas sur les roses... je flirtais avec le danger. Et cette fois-là, lorsque je le savais proche de moi mais heureusement sous forme dragonique, je savais que je pouvais jouer sans problème. Il n'y avait pas de problème. Pas d'érection dérangeante. Pas de gêne véritable. Être Lion était un prétexte pour le toucher, pour l'embêter, me battre gentiment avec lui... et je ne me gênais pas ! Le mordant sans lui faire mal, sortant à peine mes griffes ou lui donnant des coups de nez en grondant d'un air faussement furieux.

_________________
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become Help me believe it's not the real me Somebody help me tame this animal.

#662E3F
|| Nath || Gabriel ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaël Crimson

Dragon
Sage de la Connaissance

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: La voix du Silence [PV Gaby <3] Sam 19 Nov - 18:11

Je grondai de contentement lorsque Gabriel sauta dans l’eau pour me rejoindre sous sa forme animale. Je m’amusais à jouer avec lui, comme lorsque nous étions jeunes et qu’aucune hormone malvenue ne nous prenait. C’était agréable comme moment, doux et complice. Etant sous nos formes non-humaines, nous étions mieux… Du moins moi. J’arrivais à me contrôler, à… moins désirer mon frère, même si mon cerveau lançait des « C’est Gabriel ! Il est nu sous sa forme de lion ! » Non décidément c’était plus simple de se contrôler maintenant.

Je l’écrabouillai sous ma forme de dragon, lui mettant sa grosse tête pelucheuse sous l’eau avant de moi-même m’écraser assez lamentablement dans l’eau suite à un de ses mouvements. J’ouvris plusieurs fois ma gueule pleine de dents, comme si je mâchais quelque chose de gluant et désagréable – de l’eau.- Puis je toussai et éternuai. Je vous laisse imaginer ce que cela donne pour un dragon. J’abattis mon aile sur Gabriel, histoire de ne pas le voir se foutre de ma gueule. Puis je repris mon attaque, lui mordillant légèrement et en douceur son oreille duveteuse – j’adore ses oreilles de lion… - Et au bout d’une bonne heure de jeun ainsi, la berge était entièrement boueuse, des flaques s’étendaient partout et moi, je me retirais de l’eau, tel un pachyderme.

Je me secouai, envoyant des gouttes un peu partout alors que mes plumes luisaient sous le soleil estival. Je levai mon aile et continuai ma toilette, comme si de rien était. Je savais parfaitement que je ressemblais à un oiseau, mais bon, tant pis. J’aime bien jouer avec ça, surtout avec Gabriel, puisque je savais qu’il aimait aussi me voir faire ça. Ça l’amusait. Après quelques minutes de nettoyage, je repris forme humaine, les cheveux dans un état sauvage et encore humides, et me laissai tomer en arrière, un sourire crétin sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Crimson

Métamorphe
Alpha des Félins
MétamorpheAlpha des Félins

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: La voix du Silence [PV Gaby <3] Dim 20 Nov - 19:23

Voir mon frère éternuer et se retrouver la gueule sous la flotte était absolument impayable. C'était à mourir de rire... ce qui était en revanche moins marrant, c'était évidemment de me retrouver exactement dans la même situation. Le jeu dura un moment et je sentis un profond soulagement descendre sur moi lorsque Raphaël jugea que l'on avait assez joué comme ça, grimpant sur la berge avec l'élégance d'un éléphant pour s'y secouer et entamer sa toilette... il ressemblait étrangement à un gros pigeon. Enfin, un pigeon avec des crocs et des griffes acérés comme des lames de rasoir mais un pigeon quand même. Je barbotais un moment et gravis la berge à mon tour, manquant de m'étaler de tout mon long lorsque je glissais sur la boue. En atteignant le sol sec, mes pattes d'ordinaires recouvertes d'une fourrure claire étaient noires de boues et j'en avais tout autant sous le ventre, cette salope grimpait jusqu'au dessus de mes coudes, salopant toute ma belle fourrure... et franchement je me voyais mal lécher toute cette merde pour me laver. Me toiletter, d'accord, mais choper la mort par soucis d'esthétique, très peu pour moi. J'imitais mon frère et me secouais comme un chien mouillé, envoyant toute une pluie d'eau - et de boue - sur Raphaël qui s'était vautré un peu plus loin sous forme humaine, un sourire débile aux lèvres. C'était purement intentionnel mais je lui adressais un moue désolée quand bien même je savais qu'il saurait que c'était entièrement faux. Je m'éloignais jusqu'à une zone dépourvue de la boue que nous avions créée avec nos jeux de gamins et changeais lentement de forme. Chaque changement était une mini-bataille. Pour passer d'une forme à l'autre je dois me concentrer sur le changement des muscles, des os, la réorganisation de mon corps... et j'avais très peu d'attention à accorder à mon Lion. Qui en profitait nécessairement pour tenter une invasion.

Je gardais le contrôle coûte que coûte et parvins à reprendre forme humaine sans que l'autre ne prenne l'avantage... je savais juste par expérience que mes yeux étaient actuellement d'un gris légèrement teinté de marron et que la couleur naturelle de mes iris prendrait lentement le dessus sur le gris pâle du Lion. Je me penchais en avant, m'assis sur le bord de la berge et entreprit de nettoyer mes membres couverts de boue plus ou moins sèche... ainsi que mon ventre. Je n'étais pas le moins du monde embarrassé par ma nudité mais je tâchais de rester de profil pour ne pas déranger mon frère... même si j'étais soudain d'humeur joueuse. Un sourire léger flottait sur mes lèvres. L'air que je m'apprêtais à fredonner se figea sur mes lèvres, n'en passant pas la barrière tendis que je relevais légèrement la tête, ignorant les mèches trempées et dégoulinantes d'eau qui encombraient mon visage. Reniflant les odeurs que le vent m'apportait, je redressais inconsciemment les épaules en continuant d'analyser ce qui me parvenait.
Un chuintement discret me parvint, inconscient que j'étais de l'emprise sans cesse grandissante de mon animal Totem. Pourtant ce fut lui qui réagit. J'avais parfaitement saisit les conséquences de ce bruit à peine perceptible, si discret qu'il se fondait sans peine dans le bruissement léger des arbres alentours, mais mon Lion, lui, se fichait pas mal de ce qui avait provoqué ce bruit, ce qui lui importait c'était de réagir. Et il le fit à une rapidité confondante. Mon corps se déplaça tout seul, changea avec une aisance remarquable et je sentis la métamorphose comme une eau claire et pure que l'on aurait coulé sur ma peau. Ma patte s'abattit brusquement, percutant le sol à moins de quelques centimètres de la tête de Raphaël... un carreau d'arbalète brisé sous mes coussinets. Carreau destiné à mon frère. Projectile qui ne l'aurait sans doute pas tué, tout au plus blessé... mais la seule perspective de son sang ruisselant sur sa peau claire, de sa chair blessée... suffit à me faire perdre les pédales.

Un rugissement sauvage et furieux fit vibrer ma gorge et je fondis vers les buissons où je savais qu'Il était caché. Mais je ne rencontrais que du vide. Il n'y avait personne, seulement l'effluve discrète d'un homme, celui du bois et du métal... et, plus effacée encore, l'odeur du sang. Mes lèvres frémirent et je donnais un violent coup de patte dans l'arbre le plus proche. C'était purement humain et je savais que si mon Lion était actuellement au contrôle, ce geste me correspondait plus qu'à lui. Mais à cet instant, je crois que l'on était tous deux dans le même état et, pour une fois, nous regardions dans la même direction. Je fourrais mon nez dans l'herbe au pied de l'arbre où Il s'était accroupit, le temps d'encocher le carreau de son arbalète, gravant son odeur dans ma mémoire et, relevant la gueule, de découvrir dans quelle direction il s'en était allé.

_________________
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become Help me believe it's not the real me Somebody help me tame this animal.

#662E3F
|| Nath || Gabriel ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raphaël Crimson

Dragon
Sage de la Connaissance

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: La voix du Silence [PV Gaby <3] Dim 22 Jan - 17:36

[une reprise d’un post en douceur, pas long pour un sous, mais j’espère qu’il te plaira ma douce !]

Coucher sur le gazon, un air extatique sur le visage, j’étais bêtement heureux. Ce genre de journée me manquait, même si elles étaient courantes, même si nous pouvions vivre à deux… Notre complicité d’antant me manquait considérablement. Nous nous étions retrouvés mais rien n’était plus pareil. Notre comportement l’un envers l’autre avait changé en vertu de quelque chose de plus tendre, de plus… fraternel. J’avais envie de hurler en songeant à cela, mais conformément à ce que je voulais, ce que je m’efforçais, rien n’allait plus loin. Notre précédente relation avait été un désastre, hors de question que cela se reproduise dans cette vie !

Un bruit léger se fit entendre, je n’y fis simplement pas attention. Sans doute trop prit par mes pensées, parce que ce bruit furtif ne m’inquiétait pas et que finalement, cela pouvait bien être le vent caressant les feuilles. Je ne sourcillai donc pas, pas plus quand je vis la masse s’abattre à quelques centimètres de mon visage, un carreau de flèche sous la patte de mon frère. Je grognai et roulai sur le côté, sachant que si je ne réagissais pas immédiatement, il y avait de forte chance pour que cela se finisse en un bain de sang.

Gaby rugit, furieux, animal. Il sauta dans les buissons, à la recherche de l’individu ayant voulu me tuer, où me blesser. Je savais, je connaissais assez mon frère pour savoir le sentiment qui l’étreignait. Dès que cela me concernait, il devenait sérieux. Pour lui, ma protection était prioritaire. Si quelqu’un venait à me blesser, je savais par expérience qu’il voudrait faire la peau à ladite personne. Or je refusais que cette journée se termine ainsi. Tout comme c’était aussi une des raisons pour laquelle je n’avais jamais abordé le sujet de notre père où de notre séparation. Cela le toucherait de trop près et le connaissant, il en ressentirait quelque remord alors que j’avais choisi ma vie en connaissance de cause. J’avais…fais mes choix par amour pour lui. Et c’est encore une fois par amour pour sa personne que je me dirigeai vers lui, flattant sa fourrure, massant la chair derrière son oreille.

- Gabriel…

Je forçai sa grosse tête à se diriger vers mon visage. Je posai un délicat baiser sur son museau avant de tirer sur ses moustaches, taquin. J’avais envie de lui… D’être collé à sa personne, de me fondre en lui, comme par le passé, malgré la situation qui finalement, ne s’y prêtait pas le moins du monde. Je souris néanmoins et me collai à lui, passant mes bras autour de son gros cou étrange et chaleureux.

- Calme-toi. Je refuse que cette journée soit gâchée par la faute d’un inconnu. Reprend forme humaine. Pour moi. Et rentrons, où allons nous allonger près du lac, comme si rien ne s’était passé. S’il te plait.

C’était plus une supplique qu’une demande ou un ordre. J’avais vraiment un besoin vital de l’avoir près de moi et je sentais mon cœur battre douloureusement dans ma poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




En Savoir Plus
MessageSujet: Re: La voix du Silence [PV Gaby <3]

Revenir en haut Aller en bas

La voix du Silence [PV Gaby <3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OtherSide :: Coin Détente :: Rp fini-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit