AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Au Coeur de la Fôret [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Serena Magami

Ange
Vertu de la Tempérance

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Mar 8 Nov - 22:28

De son pas léger, Serena traversait silencieusement la forêt d'OtherSide.
Curieusement, elle s'y sentait à l'aise alors qu'avant le passage, elle n'avait quasiment jamais quitté la jungle de béton et d'acier de Tokyo.
Peut-être était-ce parce que c'était à cet endroit qu'elle était revenue à elle après avoir traversé, un peu comme s'il s'agissait du berceau d'une seconde naissance.
Pourtant, au cours des semaines qu'elle venait de passer sur ce nouveau monde si différent du sien, on lui avait raconté des histoires toutes plus effrayantes les unes que les autres concernant ces bois.

A en croire les habitants, ils étaient sensés être peuplés de créatures inquiétantes et de monstres terrifiants : peut-être était-elle très chanceuse mais jusqu'à aujourd'hui elle n'avait rien croisé de tel sous ces frondaisons.
En tous cas, elle avait crapahuté une bonne partie de la journée et ses petits pieds blancs commençaient à en souffrir.
Mais elle savait ce qu'elle allait trouver en écartant les buissons qui se trouvaient devant elle : une étendue d'eau claire et cristalline, le lac qui se trouvait au beau milieu de la forêt.
Un léger sourire illumina son visage de porcelaine en la découvrant.


- Pas trop tôt !...

Elle avait pris cette direction presque sans hésitation : peut-être était-ce à cause de son nouvel état mais elle avait parfois la sensation d'être irrésistiblement attirée par les étendues d'eau, comme si elles s'attiraient mutuellement.
Mais la blanche demoiselle n'allait certainement pas pleurer sur ce curieux phénomène, au moins elle ne souffrirait jamais de la soif.
Et maintenant qu'elle se trouvait face à ce magnifique lac cristallin dont la surface étincelait sous la lumière solaire, elle jeta prudemment un coup d'oeil circulaire aux environs.

Mais rien ni personne aux alentours, elle allait pouvoir profiter de cette gigantesque baignoire à ciel ouvert pour elle toute seule.
L'Ange dénicha un coin tranquille, se dévêtit à l'abri de la végétation et se glissa dans l'eau claire en poussant un soupir d'aise.
Bien sûr, elle n'était pas complètement inconsciente, son Shinai était à portée de mains mais elle avait bien l'intention de profiter de ce bain improvisé.
La belle demoiselle à la chevelure immaculée et aux pupilles rougeoyantes commença doucement à se délasser dans l'eau claire, avec le ciel et la végétation pour seuls spectateurs... Du moins, elle l'espérait.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Crimson

Métamorphe
Alpha des Félins
MétamorpheAlpha des Félins

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Ven 11 Nov - 12:50

Gabriel inspira à fond l'air ambiant, identifiant presque immédiatement chaque odeur qui lui parvint. La sève, la végétation et les animaux qui se planquaient dans les terriers alentours, espérant sans doute échapper au prédateur qu'il était désormais. Il posa son arrière train sur la terre humide, les feuilles bruissant sous son poids tandis qu'il observait les alentours de ses yeux froids de prédateur. Il était entièrement humain, son esprit était pleinement celui de Gabriel mais sa forme animale était revêtue entièrement, changeant son corps en celui d'un lion majestueux au regard glacial et perçant, les muscles puissants de son corps apparaissant sous la fourrure courte et pâle ou, plus souvent, sous les écailles qui couvraient son dos et ses pattes. Il remua la queue, les longs poils clairs qui parsemaient celle-ci effleurant les feuilles et baleyant le sol d'un mouvement lent et calme. Il se trouvait sous le couvert des arbres, à proximité du lac qui était en fait son but premier mais, étrangement, se trouver en forêt le déstabilisait un peu. Il s'y sentait à la fois complètement à sa place et... comme un étranger dans ces lieux qui auraient dû appartenir aux seuls animaux qui y vivaient. Il sentait d'ailleurs l'odeur de ceux-ci, difficilement identifiables du fait de leur nature inconnu, lui qui n'avait grandit qu'avec des chats, des chiens ou parfois des animaux moins banals mais jamais rien d'aussi exotique qu'un serpent ou un lézard... heureusement, en vingt-cinq ans d'existence en OtherSide, il connaissait tout de même quelques créatures qui vivaient ici mais celles qu'il sentait n'en faisaient pas parti. Il s'ébroua doucement, secouant la crinière claire qui ornait son cou et ses épaules et se releva tranquillement, reprenant nonchalamment sa route jusqu'au lac où il prévoyait de se prélasser tranquillement sur la berge et s'abreuver, éventuellement. Il avait besoin d'un endroit calme où se reposer, rester à distance quelques temps. Il était parfois prit de ce besoin de solitude qui, il le savait, venait aussi bien de son caractère un peu particulier que du lion qui vivaient en lui.

C'est à une dizaine de mètres du lac, alors qu'il se trouvait encore en pleine forêt, qu'il sentit l'odeur sucrée d'une jeune fille. Il huma attentivement, sentant l'odeur caractéristique d'une ange. Il n'y avait nulle trace de sang ou de violence dans cette odeur, plutôt quelque chose de relativement doux ou de calme. Cela lui ferait sans doute du bien, apaiserait la violence qui vivait en lui ou la sauvagerie parfois incontrôlable de son Lion. Un sourire étira les lèvres noires de sa gueule de lion et il reprit sa route, apparemment peu inquiet à l'idée d'être attaqué. Il sortit du couvert des arbres en rivant son regard froid sur la silhouette menue qui reposait dans l'eau claire du lac. Il ne s'attarda pas sous les épaules, regardant uniquement le visage de celle-ci en s'étonnant de la couleur pâle de ses cheveux et de ses yeux d'un rouge sanglant. S'il n'avait pas autant confiance en son flair, il aurait été persuadé qu'elle était un vampire ou toute autre créature qu'un ange. Il s'approcha lentement, ses larges pattes de fauve se posant sans bruit sur l'herbe de la berge. Il n'était pas du genre gêné par la nudité des autres, la sienne le laissant déjà totalement indifférent mais ce n'était pas le cas de tout le monde... alors il hésita entre son comportement habituel, joueur et provocateur et celui que son état d'esprit actuel lui intimait de prendre. Il s'arrêta à un mètre de la berge où il s'allongea tranquillement, croisant ses antérieures et ramenant sa queue contre ses pattes arrières... et il savait que sous cette hésitation se cachait également son lion. Sous forme humaine il pouvait plus ou moins se comporter comme il le désirait avec quelques épisodes où le Lion l'influençait un peu trop peut-être, mais dès que son apparence prenait celle de l'animal, l'influence de celui-ci gagnait en intensité et plus la forme était proche de son Totem, plus elle était puissante. Aussi, il prit la parole avec un calme relatif, son regard perçant et glacial se fixant presque immédiatement sur le regard rougeoyant de la jeune femme :

- C'est un endroit dangereux, les Anges s'y risquent rarement. J'espère qu'il ne vous est rien arrivé en venant jusqu'ici.

Sa part humaine s'insurgea contre le calme et la voix posée avec laquelle il s'exprimait puis sous l'emprise du lion, il se tut, se tranquillisant peu à peu. L'énorme lion soupira dans un son grave, presque grondant.

_________________
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become Help me believe it's not the real me Somebody help me tame this animal.

#662E3F
|| Nath || Gabriel ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena Magami

Ange
Vertu de la Tempérance

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Ven 11 Nov - 15:04

Tranquillisée par le calme de la forêt environnante, Serena profitait de son bain en pleine nature.
Elle avait parcouru une bonne partie d'OtherSide dans les dernières semaines mais, à part dans les régions à l'architecture moderne de ce monde comme la Cité, il n'était pas évident de se baigner de la sorte.
Au moins, ici, on ne viendrait pas la déranger... Du moins c'est ce qu'elle croyait.
La blanche demoiselle s'occupait de son immaculée et encombrante chevelure, il faudrait qu'à l'occasion elle aille faire les boutiques à la Cité pour trouver de quoi l'attacher et la discipliner pour qu'elle ne la gêne pas.
Mais le cours de ses pensées s'interrompit soudainement en prenant conscience d'une présence non loin d'elle et en sentant un regard peser sur elle.
Prudemment elle se retourna pour voir qui était en train de l'observer et ses yeux écarlates s'écarquillèrent d'incrédulité.
L'être qui se tenait sur l'une des berges du Lac, quasiment face à elle, n'était autre... qu'un Lion de belle taille, à moins que ce ne soit un des monstres de la forêt dont les habitants des environs lui avaient dit de se méfier.
Avec lenteur, l'Ange tendit la main vers le Shinai qui se trouvait à portée de main tout en couvrant sa poitrine, plus dans un geste naturel de pudeur que par toute autre volonté.
Elle ne devait pas faire de geste brusque, l'animal qui se tenait face à elle n'avait manifestement rien d'ordinaire, il suffisait de voir les écailles qui étincelaient sur ses flancs et entre ses deux yeux pour s'en assurer.
S'il se jetait sur elle de toute sa force, la blanche demoiselle doutait d'être capable d'échapper à ses crocs ou à ses griffes puissantes.
Mais la créature avait manifestement perçu son geste vers son arme car une voix calme jaillit de sa gueule tout en la fixant dans les yeux.

- C'est un endroit dangereux, les Anges s'y risquent rarement. J'espère qu'il ne vous est rien arrivé en venant jusqu'ici.

Les yeux couleur de rubis de la jeune femme s'écarquillèrent largement en entendant ça, un lion écailleux qui parle, voilà qui avait de quoi surprendre.
Mais, au cours de ses pérégrinations, elle avait appris qu'une espèce plus qu'étonnante foulait le sol d'OtherSide, des êtres capables de prendre aussi bien une forme animale qu'une forme humaine.
Elle ramena son autre main blanche pour la croiser elle aussi sur sa poitrine.


- Que... Vous... Vous êtes un métamorphe ?...

L'Ange n'avait pas besoin de réponse pour sentir doucement ses joues de porcelaine la cuire peu à peu : cela voulait dire que derrière ce lion fantastique se cachait un homme qui avait profité de ses ébats dans l'eau pour l'observer depuis de longues minutes.
Elle s'enfonça un peu plus dans l'eau, jusqu'au cou, comme si elle avait voulu se cacher de ce félin impressionnant.


- Ce... Ca ne se fait pas !...

Mue peut-être par sa gêne ou par sa volonté d'échapper au regard du métamorphe, l'eau autour d'elle sembla s'animer et une petite vague jaillit du lac devant elle, droit vers le lion.
Serena poussa un petit gémissement d'indignation en voyant ça, elle avait déjà eu quelques désagréments avec l'eau depuis qu'elle parcourait OtherSide.
Elle ne maîtrisait pas ce pouvoir sur l'élément aqueux dans l'immédiat et un habitant un peu trop empressé l'avait appris à ses dépens.
Le thé brûlant que la jeune femme dégustait s'était jeté au visage de son courtisan, refroidissant totalement ses ardeurs pour un moment vu les brûlures qu'il avait récoltées.
La blanche demoiselle n'attendit pas que le lion soit trempé par l'expression involontaire de son pouvoir, elle lutta contre son propre corps pour faire apparaître ses ailes et d'un coup de celles-ci elle s'arracha au Lac pour se réfugier dans les buissons où elle avait dissimulé ses affaires.
Elle devait se sécher et se rhabiller au plus vite, ce métamorphe, comme tous les félins, ne devait pas apprécier l'eau !...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Crimson

Métamorphe
Alpha des Félins
MétamorpheAlpha des Félins

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Ven 11 Nov - 16:39

Il observa avec curiosité la main progresser vers l'arme, s'interrogeant sur l'utilité d'une arme en bois sur une carcasse comme la sienne. Il imaginait plus le bâton se rompre en entrant en contact avec lui. Les écailles sur son dos, ses flancs et son front étaient aussi dures que celles d'un dragon mais demeuraient souples afin de lui permettre de faire un maximum de mouvement sans se sentir entravé... néanmoins toutes les zones de son corps n'étaient pas protégées par des plaques plus ou moins épaisses et il savait que même un bout de bois pouvait infliger une grande douleur si il était manié avec efficacité et dextérité, et il n'était pas prêt à commettre l'erreur de sous-estimer une fille... aussi frêle et jeune puisse-t-elle paraître. Il sentit soudain sa gêne tandis qu'elle couvrait sa poitrine nue de ses bras. Il cligna des yeux et ne sut ce qu'il ressentit réellement entre amusement malicieux avec l'envie de rire et de s'amuser ou l'indifférence narquoise voir méprisante qui l'aurait poussé à hausser un sourcil. Il se contenta de rester silencieux et aucun changement d'expression ne se manifesta sur sa gueule majestueuse, immobile telle les statues immenses qui trônaient devant l'entrée de certains bâtiments. Sa taille sous cette forme avoisinait le mètre quatre-vingt au garrot, sa tête atteignant aisément les deux mètres. La question qui lui fut posée suscita une réponse qu'il goûta une seconde, le temps de méditer sur les mots qu'il pourrait utiliser mais il fut coupé par un mur d'eau de taille respectable qui se dirigea vivement vers lui en réponse à l'exclamation indignée de la jeune fille. Il se redressa d'un bond et commença à fuir, son instinct animal oubliant momentanément la possibilité de dressé une muraille de terre devant lui afin d'échapper à la douche mais l'eau s'abattit brutalement sur lui, collant les poils de son pelage à son corps et la crinière d'ordinaire souple mais épaisse qui couvrait son cou et ses épaules. Il s'immobilisa, trempé.

Il sentait l'eau ruisseler sur ses flancs en ruisseaux minuscules, glissant sur les écailles imperméables mais s'infiltrant dans sa fourrure dès que les plaques s'interrompaient. Il recracha un peu d'eau en toussant puis cligna des paupières, manifestement surprit... un grondement léger lui échappa lors de ce qui semblait être une sorte d'éternuement... mais il s'écroula sur le flanc puis roula sur le dos, sa gueule grande ouverte sur un rire rauque et grave qui lui secouait sa large poitrine. Ses pattes épaisses et puissantes se croisant presque sur son poitrail tant il était secoué d'un rire irrépressible qui finit néanmoins par s'atténuer dans un soupire heureux. Il se reposa sur le flanc et chercha la fille du regard, un sourire étrange étirant les lèvres noires de sa gueule et son regard pétillant d'amusement. Le Lion avait complètement reculé, laissant à Gabriel le contrôle total... désormais il rugissait au fond de son esprit, furieux et indigné d'avoir été ainsi ridiculisé par une gamine, un vulgaire oiseau à forme humaine.

- Je n'avais jamais réussi à lui clouer le bec, bien joué petite.

Un nouveau rire secoua sa poitrine. Il se redressa lentement sur ses pattes et s'ébroua avant de s'asseoir sur son arrière train, se léchant pensivement la patte avant droite en essayant d'en retirer l'eau.

- Tu n'as rien à craindre de moi et le Lion n'est pas intéressé par le corps d'une humaine, il n'y avait pas de raison d'être embarrassée... moi par contre...

Il émit un ronronnement appréciateur suivit d'un ricanement bas où l'on devinait l'amusement sincère. Il n'avait en fait pas vu grand chose : la gamine avait eut le bon réflexe de cacher sa poitrine et le Lion n'avait pas jugé nécessaire de regarder autre chose que le visage de l'Ange, mais c'était tellement amusant !

- Je suis un métamorphe, en effet.

Son aveu fait, il reprit le léchage de sa patte avant, frottant parfois son nez et ses yeux avec cette dernière pour se nettoyer des dernières traces d'eau.

_________________
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become Help me believe it's not the real me Somebody help me tame this animal.

#662E3F
|| Nath || Gabriel ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena Magami

Ange
Vertu de la Tempérance

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Sam 12 Nov - 16:33

Serena, dissimulée dans son buisson, se frictionnait aussi vite qu'elle le pouvait pour se sécher suffisamment afin de pouvoir se rhabiller sans détremper ses vêtements.
Ce n'était vraiment pas son jour : en voulant simplement prendre un bain tranquillement, il avait fallu qu'elle se retrouve nez à nez avec un métamorphe voyeur !...
Heureusement le lion impressionnant semblait encore être trop sous le choc de sa douche forcée pour venir la déloger de son maigre abri pour lui faire regretter son audace.
Sa chevelure immaculée enfin dégorgée de son eau, elle s'empressa de revêtir ses atours, eux aussi blancs.
Elle ne portait rien d'extraordinaire ni de frivole, après tout les vêtements qu'elle portait en atterrissant en OtherSide étaient bien trop grands pour elle sous cette nouvelle apparence.
Heureusement, elle avait croisé la route d'un colporteur qui, après avoir bien ri de sa mésaventure suite à la Traversée, avait daigné lui échanger les vêtements qu'elle portait désormais contre quelques-uns des maigres effets qu'elle portait sur elle avant de basculer.
Elle revêtait donc une tunique blanche lacée sur la poitrine, une jupe ajustée à sa taille qui s'arrêtait juste au-dessus de ses genoux, des bas et des bottines à sa taille, sans compter le long manteau qui l'abritait de la pluie le cas échéant.

Les seules choses qu'elle avait conservées de son ancienne vie étaient le Shinai et son étui qu'elle portait à l'épaule ainsi que le sac où elle transportait son keiko-gi et son hakama pour le cours de kendo qu'elle n'avait jamais pu rejoindre.
Mais alors qu'elle finissait tout juste de s'habiller et de ranger ses affaires à la hâte, elle entendit soudain des rugissements plus que curieux.
Elle crut tout d'abord que le fauve s'était enfin repris et allait l'attaquer mais rapidement elle comprit avec stupeur que le métamorphe semblait rire à pleine gorge.
Prudemment, l'Ange écarta les branches du buisson qui l'abritait et elle constata avec surprise que l'impressionnant félin se roulait par terre tant il riait.
Finalement il se laissa tomber sur le flanc et elle sentit que les prunelles étincelantes la cherchaient du regard.
La voix profonde et amusée du fauve retentit à nouveau.


- Je n'avais jamais réussi à lui clouer le bec, bien joué petite.

La blanche demoiselle ne put s'empêcher d'arquer l'un de ses sourcils blancs, de quoi parlait-il ?
Elle ne savait rien des métamorphes, si ce n'était qu'ils pouvaient prendre une apparence animale, autant dire qu'elle ignorait qu'ils pouvaient être influencés par leur totem.
En tous cas, l'impressionnant félin se redressa sur ses pattes et se secoua largement, comme un gros chien, pour évacuer toute l'eau qui avait envahi toute sa fourrure et sa crinière.
Mais ça ne suffisait pas et il se mit à faire consciencieusement sa toilette, comme si son bain ne lui importait déjà plus.
Il reprit la parole, fixant désormais le buisson où elle se trouvait.


- Tu n'as rien à craindre de moi et le Lion n'est pas intéressé par le corps d'une humaine, il n'y avait pas de raison d'être embarrassée... moi par contre...

Serena sentit ses joues la cuire à nouveau : c'était vrai qu'en se baignant ainsi au bord du lac, elle s'était donnée en spectacle à ce métamorphe.
Mais comment diable aurait-elle pu deviner qu'elle allait se retrouver nez à nez avec un de ses êtres au beau milieu de la forêt ? C'était décidément bien sa veine !...
L'impressionnant Lion continuait tranquillement sa toilette, comme si de rien n'était.
Apparemment, il ne lui en voulait pas pour la douche impromptue mais ça ne l'empêchait pas de se sentir un peu ridicule.
Bien malgré elle, elle avait réagi excessivement à la fois à cause de sa surprise et aussi parce qu'elle se retrouvait en tenue d'Eve face à un inconnu.
La blanche demoiselle finit par sortir de sa cachette, toujours légèrement le rouge aux joues, gênée par ce qui venait de se passer.


- Ca ne se fait quand même pas de venir se rincer l'oeil alors qu'une femme prend son bain !...

Femme... C'était un bien grand mot vu son apparence désormais et ce n'était pas pour rien que le métamorphe l'avait appelée "petite" un peu plus tôt.
Depuis qu'elle avait traversé, elle avait l'apparence d'une adolescente gracile bien que ses formes soient harmonieuses, voire d'une sublime poupée de porcelaine vivante.
Pourquoi avait-elle dû subir une telle chose ? Elle n'avait pour l'instant aucune réponse à cette question.
Prudemment, elle s'approcha du grand félin qui faisait toujours sa toilette et elle sortit le tissu avec lequel elle s'était empressée de se sécher.
Elle en couvrit la tête du métamorphe et se mit à frictionner son impressionnante crinière foncée.


- Je n'avais pas l'intention de vous attaquer de la sorte... Je suis désolée !...

C'était pour elle la moindre des choses pour se faire pardonner que de rendre une apparence présentable à cet impressionnant félin.
Vu sa maîtrise sur l'eau depuis son arrivée sur ce nouveau monde, elle aurait pu lui faire beaucoup plus mal qu'avec cette simple douche.
Elle espérait simplement que le métamorphe ne lui en tiendrait pas rigueur et ne lui sauterait pas soudainement à la gorge.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Crimson

Métamorphe
Alpha des Félins
MétamorpheAlpha des Félins

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Dim 13 Nov - 8:45

[Je passe en "je" pour la narration, j'aimerais tenter juste pour voir ce que ça donne, désolé >_<]
Je sentais la peur de la gamine, elle embaumait l'air parfois plus intense, à d'autre franchement supplantée par la curiosité ou la surprise, l'incrédulité aussi parfois. J'eus un petit rire rocailleux en songeant qu'on ne croisait pas tous les jours un Lion qu'on aurait croisé avec un Dragon qui riait aux éclats, se roulant presque dans l'herbe dans son hilarité. A vrai dire, j'imagine qu'on devrait plus s'attendre à de la cruauté ou de la sauvagerie de ma part... mais j'en avais plus que ma part, je le cachais juste mieux que les autres. En me voyant sourire et rire, en croisant parfois la malice dans mes yeux ou en constatant simplement que je pouvais être un imbécile insouciant, les gens oubliaient plus facilement qu'ils avaient un fauve imprévisible en face d'eux... et au fond c'était ce que j'étais. Les crises de colère meurtrières n'étaient pas à écarter, je m'arrangeais le plus souvent pour m'éclipser avant mais c'était déjà arrivé devant témoin... heureusement pas très souvent. Une rumeur circulait, parlant de moi comme d'un schizophrène ou en tout cas d'un monstre incontrôlable et brutal, impitoyable et aussi sauvage que le lion dont j'avais hérité la forme. Elle circulait, elle était fondée, mais peu y croyaient en dehors de ceux qui avaient assisté à la scène, les autres étaient persuadés que l'imbécile heureux nommé Gabriel était même incapable de faire du mal à une mouche. La vérité c'était que la mouche, je l'écrase impitoyablement et que la plupart des habitants d'OtherSide n'étaient guère plus qu'un insecte dérangeant à mes yeux et les écraser n'était pas un problème pour moi.

Je poursuivis ma toilette, ne laissant rien transparaître de mes pensées ou de mes sentiments. Je passais ma grosse langue râpeuse sur l'intérieur de ma patte, sortant brièvement mes griffes en tâtant de leur pointe aiguisée qui m'érafla sans me faire du mal. J'étais un prédateur, un fauve sans pitié, les gens l'oubliaient parfois trop vite. Je relevais la tête en entendant le bruissement des feuilles quand elle sortit de sa cachette... je la jaugeais du regard un instant, m'attardant sur l'arme qu'elle tenait à la main, sa silhouette menue et presque fragile... elle semblait vulnérable et presque trop petite pour survivre plus de quelques mois en OtherSide. J'étais prêt à parier qu'elle n'avait pas encore rencontré de véritable adversaire... quelqu'un s'était-il déjà chargé de lui apprendre la dure vérité sur cette Cité voisine avec l'enfer ? A ses paroles un sourire étira mes lèvres, dévoilant juste la pointe de mes crocs. Je répondis de cette voix rocailleuse et profonde que le Lion semblait apprécier :

- Ce n'était pas mon but premier. Je voulais me reposer près de l'eau... que tu y sois avant moi n'allait pas m'empêcher de faire ce que je veux. Je m'excuse si je t'ai dérangé mais tu n'as aucune raison d'être embarrassée. Je n'ai rien vu de bien dérangeant... et le reste ne doit pas te faire honte.

A croire que cet abruti de félin me collait aussi des envies de rassurer et de protéger les gamines... hm, suis-je bête ; c'était moi l'abruti sentimental... et c'était lui qui détestait mon côté trop "gentil". J'aimais bien embêter les gens et mon côté un peu trop suggestif parfois, ou en tout cas très porté sur les sous-entendus graveleux, m'abandonnait souvent lorsque je me retrouvais face à une jeune fille réellement gênée... mais même comme ça je trouverais toujours un moyen de m'amuser, j'en étais certain. Je m'apprêtais à ajouter quelque chose mais je l'aperçus juste devant moi, ma langue à mi-chemin de ma patte... elle posa sur ma tête un tissu destiné à me sécher, frottant vigoureusement pour me donner un coup de main. Stupéfait je reposais doucement ma grosse patte sur le sol herbeux, sentant un sentiment inconnu m'étreindre le cœur. Cette gamine ne craignait-elle pas que je me jette sur elle pour la dévorer ? Elle sentait la peur, je pouvais encore le deviner dans son odeur, mais cette peur n'était plus aussi intense que quelques minutes plus tôt et une partie concernait la gêne qu'elle ressentait à l'idée de m'avoir aspergée d'eau. Elle s'excusait. J'eus un léger sourire amer en baissant la tête pour lui faciliter l'accès à ma crinière, relevant néanmoins mes yeux pâles vers elle :

- Tu n'as pas peur de moi ?

Si, un peu, je pouvais le deviner... alors pourquoi semblait-elle agir avec autant d'insouciance ? Dans cet endroit, dans ce monde... il fallait rester méfiant et prudent, n'aider qu'en dernier recours et seulement lorsqu'on est sûr de pouvoir en sortir vivant, si on est sûr que l'autre ne se retournerait pas contre soit. Elle ne devait être sûre de rien avec moi, j'étais un fauve, un monstre sauvage... mais elle me frottait la crinière comme si j'étais un chat inoffensif et sans danger. Elle était mignonne, une Ange comme on aurait dû en retrouver plus souvent en OtherSide.

_________________
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become Help me believe it's not the real me Somebody help me tame this animal.

#662E3F
|| Nath || Gabriel ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena Magami

Ange
Vertu de la Tempérance

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Dim 13 Nov - 14:27

Comme il fallait s'y attendre, le métamorphe était surpris de son geste. Après tout, aller sécher la crinière d'un lion qu'elle avait détrempé, c'était à ses risques et périls. Et elle ne put s'empêcher de rougir un peu quand il lui posa une question à brûle-pourpoint, 0 savoir s'il ne lui faisait pas peur.Elle se contenta de continuer à frictionner sa crinière pour le sécher avant d'avouer ce qu'elle ressentait avec un peu de honte.

- Si, un peu...

Après tout, sur Terre, à moins d'être tombée sur la tête, elle ne se serait jamais risquée à approcher un lion de si près, encore moins pour lui sécher la tête. Avant de débarquer sur OtherSide, jamais elle n'aurait eu la folle idée d'aller côtoyer un fauve de si près et d'ailleurs en aurait-elle seulement eu la possibilité ? A moins d'aller directement dans la savane ou en pleine jungle, elle n'aurait pu voir de tels félins que dans des zoo ou des cirques. Mais, là, en dépit de son apparence plus qu'imposante, elle savait que ce n'était tout à fait un animal féroce à l'égal de ses congénères de son monde d'origine. Elle frictionnait consciencieusement la crinière brune pour en chasser toute l'eau qu'elle lui avait envoyé bien involontairement à la tête sans le lâcher de son regard écarlate.

- Je ne sais pas vraiment pourquoi... Mais j'ai l'impression que vous ne me voulez aucun mal !...

Bien qu'elle soit depuis peu de temps sur OtherSide, l'Ange s'était rendue compte que par moment elle percevait les sentiments des personnes qui lui faisaient face. Et le métamorphe qui se trouvait devant elle ne faisait pas exception : pour le moment, elle ne ressentait aucune hostilité. Par contre, elle ressentait sans le moindre doute pas mal de surprise et aussi un certain amusement de la part de l'imposant félin. Tout en frictionnant la crinière soigneusement, elle ne put s'empêcher d'adresser un léger sourire à l'animal, comme si elle était un peu contaminée par l'amusement qu'elle percevait.

- Et puis... Si vous vouliez me manger, ce serait déjà fait, non ?...

L'Ange retira le drap de la crinière du métamorphe afin de voir quel était le résultat de ses offices. Elle écarquilla d'abord les yeux puis elle ne put s'empêcher de pouffer puis de rire doucement. Ce n'était pas vraiment son genre de se moquer d'autrui mais là elle n'avait pas pu retenir quelques éclats de rire et non sans raison. En effet, l'imposant Lion face à elle était pour le moins... ébouriffé !...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Crimson

Métamorphe
Alpha des Félins
MétamorpheAlpha des Félins

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Lun 14 Nov - 16:36

Je relevais légèrement la tête à son aveu. Une brave gamine, honnête... si les anges n'avaient pas été une race d'OtherSide, elle n'aurait pas eut sa place ici... elle n'avait pas encore cette trace de désespoir ou d'abandon que je pouvais parfois retrouver chez certains plumés. Elle était récente et elle avait une odeur fraîche et apaisante, douce et presque rassurante comme une petite sœur innocente et vulnérable. Je souris, prenant soin de garder mes crocs cachés histoire de ne pas l'effrayer d'avantage avec mes crocs... je devais me tenir courbé pour qu'elle puisse atteindre ma tête mais cela ne me dérangeait pas. Je me sentais bien comme ça, un ange aux petits soins pour moi. Si Raphaël avait vu ça, il se serait foutu de ma gueule... ou aurait piqué une crise de nerf, allez savoir. Je songeais brièvement à ce que, moi, j'aurais fait, dans sa condition... sur Terre, approcher un lion ne m'aurait sans doute pas plus dérangé que cela. Je me fichais pas mal de ma survie. Raphaël avait déserté ma vie, ne subsistait plus que comme une ombre dans un passé regretté, qui me manquait comme l'eau manque à un assoiffé. En ce temps-là, sur Terre, je vivais en profitant de tout et de n'importe quoi, me foutant dans les pires situations et me conduisant comme le pire des égoïstes. On m'avait prit ce qui comptait le plus pour moi, à ce moment là vous pouviez être sûr que tout ce qui importait un minimum à mes yeux... n'aurait pu m'être reprit sans que je me batte bec et ongle. Plus question de me laisser abattre, il m'était dès lors impossible d'abandonner quoique ce soit... et je rêvais depuis longtemps de caresser un félin, peu importe lequel, ou même un loup... et je me savais assez fou pour risquer ma peau pour réaliser un bête fantasme. A sa place j'aurais réagit la même chose, mais en guise de peur j'aurais eut la satisfaction et le plaisir simple comme odeur.

Je me raidis légèrement lorsque je l'entendis dire qu'elle avait l'impression que je n'avais aucune envie de lui faire de mal. Cela avait beau être vrai, cette simple idée qu'on puisse lire en moi aussi facilement me terrifiait. Si les métamorphes savaient que j'étais un type plus sympa que je n'en avais l'air, j'aurais de sérieux ennuis. Je relevais mes yeux pâles et perçants sur la silhouette que j'apercevais entre deux mouvements de serviette et réfléchis brièvement. Elle ne représentait pas un problème et je doute que qui que ce soit me reproche de ne pas souhaiter faire du mal à une gamine aussi sympa dans son genre. Je vis son sourire et me retins de lui répondre, songeant avec raison que la vue sur mes crocs ne pourrait pas la rassurer comme cela pourrait être mon but premier, alors je me contentais de rester immobile, la laissant continuer de me sécher. C'était agréable qu'on s'occupe de moi... je me demande ce que dirais Raphaël si je lui demandais de brosser ma fourrure ou de frotter mes écailles... sans doute me dirait-il d'aller me faire foutre. Je ricanais légèrement et m'interrompis en entendant ses dernières paroles. J'ôtais toute expression de ma gueule, retenant l'éclat amical de mon regard clair et y laissait transparaître toute l'indifférence de mon lion, toute la considération que j'aurais à la tuer ici et maintenant; c'est à dire aucune. Je la contredis d'une voix grave et prudente :

- Ne te fie pas aux apparences petite. Certains adoreraient jouer avec toi pour finir par te tuer lorsqu'ils se lasseront. OtherSide est une jungle qui ne cherche même pas à se planquer. A moins d'être absolument certaine de ce que tu penses, avec des preuves et pas seulement ton instinct ou tes tripes, ne fais confiance à personne.

Je voulus rajouter qu'elle devait se méfier de moi également... mais je me retins. J'aurais dû. Je le sais. Mais elle était gentille, douce et sans arrières pensées, quelque chose de rare et de précieux à mes yeux. Je ne voulais pas qu'elle parte ou se méfie de moi, même si elle le devait... même si je savais qu'un simple coup de tête pouvait me décider à la tuer ici et maintenant. Après tout j'étais un monstre, une bête sauvage, une créature sans remords ni scrupules.
J'oubliais soudain toute pensée noire lorsque je l'entendis pouffer. Puis rire doucement dans une évolution qui me laissa un instant stupéfait. Le son était léger, délicat, cristallin. Fragile comme une note de musique que l'on souhaiterait retenir tout en sachant que c'est impossible. Je clignais des yeux et m'en retournais vers le lac pour voir ce qui la faisait rire de la sorte... je manquais de m'étrangler en voyant le reflet que la surface de l'eau me renvoya. Ma crinière était ébouriffée et vaporeuse comme ce qu'on voit dans les dessins animés ou les films retouchés par informatique... et loin de l'impression de majesté habituelle ou de charisme écrasant, j'avais surtout l'air con désormais.

- Merde, va m'en vouloir.

Et effectivement j'entendais le Lion, au fond de moi, hurler d'indignation. J'inspirais profondément puis me transformais lentement avec l'impression de retirer une combinaison de plongée. Le lion qui, un instant plus tard, me rendait mon regard laissa place à un jeune homme qui me tira la langue. Je rentrais ma langue et tentais de discipliner ma chevelure complètement ébouriffée. Je ne portais, pour ainsi dire, rien ou en tout cas pas grand chose. Un pantalon en cuir taille basse qui laissait tout loisir de voir le tatouage tribal qui siégeait dans le creux de mes reins et descendait lentement entre mes fesses, disparaissant sans que l'on ne puisse en voir la fin. C'était une provocation, une tentation... et j'adorais jouer avec. Pieds nus, sans haut, je ne portais vraiment qu'un pantalon qu'on aurait juré n'être qu'une seconde peau. Mais j'avais plus de facilité à me métamorphoser lorsque je ne portais rien ou alors des vêtements vraiment près du corps. Un débardeur et un pantalon serré à la rigueur... mais j'avais surtout du mal avec les chaussures. Les chemises, les pulls, les chaussures et les manteaux... tout cela appartenait à l'humain et lorsque je changeais, je cessais d'être complètement humain et abandonnais tout ce qui s'y rapprochait. Alors trop de vêtements ne collait effectivement pas à un changement.

Je me retournais vers l'ange une fois que je fus satisfait de mes cheveux que j'avais attaché avec un élastique que je portais au poignet - étrange mais les bijoux et les ustensiles, eux, ne me posent aucun problème lors du changement, allez comprendre ! Collier en argent, bracelet en or et autres bagues ornaient mon cou, mes poignets et mes doigts comme autant d'ornements auxquels je tenais.

- C'est pas gentil de se moquer des autres !

J'avais volontairement prit une voix de gamin boudeur. C'était quelque chose que je faisais souvent... passer pour un débile.

- Je suis Gabriel, et toi ?

Le minimum restais quand même de me présenter avant de demander son identité, non ?

_________________
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become Help me believe it's not the real me Somebody help me tame this animal.

#662E3F
|| Nath || Gabriel ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena Magami

Ange
Vertu de la Tempérance

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Mer 16 Nov - 9:51

Serena ne put retenir quelques éclats de rire supplémentaires quand l'imposant Lion se pencha sur le lac pour comprendre ce qui la faisait rire de la sorte.
La tête qu'il fit en découvrant son reflet à la crinière moins majestueuses que d'habitude, gueule grande ouverte et longue pendante, n'aida pas beaucoup l'Ange à calmer son hilarité.
Mais elle reprit son souffle et commença à s'essuyer les yeux en voyant soudain le corps du roi de la jungle se mettre à changer.
En moins de temps qu'il ne le faut pour le dire, il laissa place à un jeune homme de stature impressionnante, à la silhouette d'Apollon descendu sur Terre, vêtu d'un simple pantalon de cuir, qui s'empressa d'essayer de discipliner sa chevelure ondulée.
Jusque là la blanche demoiselle n'avait jamais assisté en direct à la transformation d'un métamorphe, elle devait avouer que c'était à la fois impressionnant et extrêmement rapide.
Par contre, si elle ne l'avait pas vu de ses yeux, elle n'aurait pas cru qu'un bellâtre comme celui qui se tenait devant elle puisse se cacher derrière le fauve qui était venu la surprendre au bord du lac.
D'apparence il semblait plutôt posé et calme mais elle savait désormais parfaitement que les apparences étaient parfois trompeuses.
Une fois qu'il eut discipliné et attaché sa chevelure, il se tourna vers elle, une vague lueur de reproche dans les yeux.


- C'est pas gentil de se moquer des autres !

La jeune femme ne put s'empêcher de pouffer légèrement devant cette réplique presque enfantine de gamin blessé dans son amour-propre mais elle se reprit rapidement et releva vers lui son regard écarlate.

- Je sais... Je suis désolée, c'était plus fort que moi !...

Il fallait dire que depuis le moment où elle avait atterri en OtherSide, elle n'avait pas eu beaucoup l'occasion de rire.
Elle avait dû se faire à cette nouvelle apparence, apprendre à survivre dans ce monde nouveau et si différent du sien, essayer de comprendre ce qui avait pu lui arriver.
Mais malheureusement elle n'avait guère eu de réponses à ses questions depuis son arrivée et elle doutait d'en trouver suffisamment pour retrouver le chemin de son monde ainsi que son apparence réelle.
Face à elle, le métamorphe sembla retenir un soupir désabusé et il plongea à nouveau ses prunelles profondes dans le regard couleur de rubis de l'Ange.


- Je suis Gabriel, et toi ?

Elle ne put s'empêcher d'écarquiller faiblement les yeux, cela faisait très longtemps qu'on ne lui avait demandé son nom, peut-être même était-ce la première fois depuis qu'elle avait mis le pied en OtherSide ?
Les gens d'ici semblaient peu s'inquiéter du devenir de leur prochain, ils avaient au moins ce point commun avec les Terriens.
Mais elle se devait au moins d'apporter une réponse à son interlocuteur et elle sourit doucement en réponse.


- Serena, Serena Magami.

Au Japon où elle vivait jusqu'à la traversée, la coutume voulait qu'on s'appelle par son nom de famille pour une raison de distance mais elle savait que c'était aussi très impoli dans la plupart des autres contrées d'appeler quelqu'un de la sorte.
Mais le fait qu'elle soit japonaise n'était plus marqué sur son visage, elle décidait donc de se présenter sous son nom complet afin qu'il la nomme comme il le désirait.
Pour se sortir toutes ses pensées qui lui rappelaient la vie à laquelle elle avait été arrachée sans crier gare et se redonner une contenance, elle baissa les yeux sur le tissu qu'elle avait dans les mains et elle le tordit consciencieusement.
Il en était réduit à l'état d'une vraie serpillière à en croire le torrent d'eau qui en dévala avant de disparaître dans le sol et elle devrait le secouer une fois sec car il était plein des poils clairs de la crinière du métamorphe.


- Je ne vous aurais pas attaquée de la sorte si vous ne m'aviez pas surprise. J'avoue ne pas encore avoir l'habitude de me tenir sur mes gardes !...

Cela lui arracha un sourire amer : elle n'en avait jamais eu besoin là d'où elle venait, elle vivait dans un pays en paix, régi par des règles qui voulaient que le savoir-vivre, la politesse et l'obéissance à la hiérarchie constituaient le fondement de leur existence, en dehors de quelques rencontres malheureuses avec des voyous ou un improbable face à face avec des yakuza, elle aurait certainement bien plus craint pour sa vie à cause des tremblements de terre ou des tsunami.
Mais ici... un danger pouvait se trouver à chaque détour de chemin, comme le prouvait sa rencontre avec un lion métamorphe en voulant simplement prendre un bain en pleine forêt.
D'ailleurs, elle avait très bien entendu les avertissements que Gabriel lui avait adressés et elle releva ses pupilles écarlates vers lui.


- Vous, par contre, vous semblez parfaitement connaître ce monde. Que dois-je savoir d'autre ?...

Serena devait en apprendre plus sur ce monde si elle voulait y survivre assez longtemps pour tenter de trouver une solution pour rentrer chez elle... si bien sûr cela était possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Crimson

Métamorphe
Alpha des Félins
MétamorpheAlpha des Félins

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Lun 28 Nov - 12:38

Mon petit reproche de gamin vexé ne servit qu'à la faire rire un peu plus et je retins difficilement un sourire amusé. Elle ressemblait à une enfant. Elle était aussi à sa place qu'un chiot dans une portée de chaton, comme une tâche sur un tableau... comme une rose en plein désert. Je me passais doucement la main sur le visage, retirant encore quelques traces d'eau même s'il en demeurait peu. Mes cheveux étaient encore humides mais ne dégoulinaient plus d'eau, d'ici une heure ou deux ils seraient complètement secs et je pourrais à loisir me battre avec eux pour obtenir une coiffure digne de ce nom. Même si je n'avais rien à envier, dans l'immédiat, à un acteur porno, vu ma tenue négligée et pour le moins réduite au strict minimum.
Lorsqu'elle se présenta, je haussais un sourcil vaguement surprit. Magami ressemblait, à peu près, à un nom de famille japonais - pour le peu que j'en savais, c'était Raphaël l'intello entre nous deux, pas moi - Serena en revanche n'avait rien à voir avec un prénom nippon. Je me trompais sans doute et la scrutais un bref instant d'un regard perçant, cherchant à deviner de quelle nationalité elle pouvait bien être. Mais il n'y avait aucune indication en dehors de son nom de famille, et puis en OtherSide, Chinois, Japonais, Allemand ou Russe, on s'en foutait pas mal. Peu importe le pays d'où l'on vient, on saigne tous de la même faon et c'est tout ce qui comptait dans ce monde de tordus désaxés.

C'est dingue ce que les Anges peuvent vous faire ressentir juste avec leur présence, bien qu'elle soit la première que je n'envisageais pas d'étriper sur l'instant. Question de besoins... et d'envie, de désir de tuer. Mais là je ne ressentais rien de ce genre, juste un peu d'amusement, de tendresse éventuellement et un peu d'inquiétude pour une gamine qui n'allait sans doute pas tenir bien longtemps dans ce monde de brute. L'idéal serait sans doute de la prendre sous ma protection, mais j'ai déjà tellement de gens à protéger, tellement d'ennemis qui s'empresseraient de la tuer pour m'atteindre ou de la kidnapper pour me contraindre. Je faisais peut-être un peu de nombrilisme, peut-être un peu de narcissisme aussi mais je préférais de loin ça plutôt que de risquer sa vie inutilement. Elle avait plus de chance de survie en restant loin de moi.
A ses paroles, j'eus un rictus en coin et répliquait avec amertume :

- Il va vite falloir l'avoir, cette habitude. Ici les réflexes maintiennent en vie et le laxisme tue.

Je ne m'étendis pas trop sur le sujet et m'avançais de quelques pas pour ne pas rester trop près du bord de l'eau afin de ne pas glisser et me retrouver encore trempé, ce qui m'agacerais prodigieusement... au moins autant que cela irriterait le Lion. Réjouissante perspective - notez l'ironie.
Je m'approchais un peu d'elle, mais pas trop, gardant une distance respectueuse pour ne pas envahir son espace personnel et je m'installais dans l'herbe verte qui entourait le Lac, m'allongeant de tout mon long tout en redressant mon buste à l'aide de mes coudes. Je donnais une impression de totale détente, comme un lion au repos dormant sous l'ombre d'un arbre aux branches dénuées de toute feuille. Mais tout comme tenter de caresser un lion parce qu'il dort serait une mauvaise idée, il ne fallait pas croire à ce que je laissais transparaître. J'avais les sens aux aguets et même si ma position me ralentirait d'une ou deux secondes, je saurais réagir avec ma vivacité habituelle pour me défendre... ou éventuellement défendre Serena. Sa question me laissa un instant silencieux puis j'inspirais profondément et tapotais une place à côté de moi. Le sujet était long et difficile.

- OtherSide... c'est une jungle qui se planque à moitié. Croire que tu es dans le même monde que celui d'où tu viens avec juste des races différentes un peu bizarres serait une erreur. Ici la mort est un jeu et les habitants s'éclatent, y'en a qui se dressent un tableau de chasse et se vantent de tuer des Vampires, des Anges ou des Dragons. Les pires sont les Gargouilles et les Démons, reste à distance et tu gagneras peut-être quelques jours de sursis. Ça fait vingt cinq ans que je traîne ici, il y en a beaucoup qui sont plus "anciens" que moi, mais ça reste rare. En général les nouveaux venus claquent au bout de quelques jours. C'est toujours plus facile de flinguer un néophyte parce qu'une ou deux semaines après, il est plus fort. Les siens l'ont aidé, lui ont apprit à se défendre ou le protègent en attendant que ce soit le cas.

Personne ne s'était occupé de moi. Le Lion avait fait mon éducation, m'avait apprit tout ce que je savais et ceux qui me connaissaient bien, qui savaient voir au travers des apparences, disaient que je tenais plus de l'animal que de l'homme. J'avais une part d'humanité, mais une grande partie était sous le contrôle de mon Totem. Une émotion forte et je pouvais perdre le contrôle pendant un moment, parfois je me comportais comme Lui sans même m'en rendre compte et je devais vite rectifier le tir pour qu'on n'en sache pas trop.

- Tu n'as pas été choisit par la bonne race, vu les temps qui courent. Les Anges et les Dragons sont poursuivit il paraît. Une rumeur, personne n'y croit vraiment mais les cadavres s'entassent. Les plumes des anges sont des remèdes très sûrs et permettent de soigner certaines blessures, parfois elles sauvent des vies. Les écailles des Dragons, elles, sont extrêmement résistantes et un bon forgeron en fera une armure ou une arme d'une rare qualité. Heureusement, tuer un Ange est extrêmement difficile, et c'est encore plus vrai concernant ces gros lézards. Tu as déjà rencontré un autre Ange ou pas ?

_________________
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become Help me believe it's not the real me Somebody help me tame this animal.

#662E3F
|| Nath || Gabriel ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena Magami

Ange
Vertu de la Tempérance

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Lun 28 Nov - 21:32

Serena s'accroupit dans l'herbe verte en voyant le métamorphe s'allonger confortablement non loin d'elle, comme si elle lui avait posé une question à laquelle il ne s'attendait pas vraiment ou bien si elle l'avait interrogé sur un sujet si vaste qu'il ne savait pas par quel bout le prendre.
Il se décida enfin à attaquer et le regard écarlate de l'Ange s'assombrit à mesure que Gabriel expliquait son point de vue sur ce monde à l'heure actuelle.
A ses yeux, OtherSide n'était rien d'autre qu'une jungle où la loi du plus fort tenait lieu d'ordre.
Mais il n'avait pas tort sur le point que considérer ce nouveau monde comme une Terre avec des races différentes serait une lourde erreur.
Depuis les quelques semaines qu'elle foulait ces terres, elle avait pu constater à quel point certains des habitants pouvaient être mal intentionnés.
Dans certains villages et bourgs, on se barricadait de crainte des vampires, gargouilles et autres démons à la nuit tombée, comme si quelque chose les empêchait de vadrouiller en plein jour.
Et elle était malencontreusement tombée ça et là sur quelques cadavres, preuve s'il en était que ce monde était dangereux au possible.
Toutefois, elle ne put s'empêcher de hausser un sourcil en entendant que Gabriel écumait ce monde depuis un quart de siècle, à ses yeux il ne faisait pas plus âgé et encore !...
Mais son apparence elle-même était un leurre, elle ne devait pas se fier au visage de ceux qu'elle croisait, apparemment tout n'était qu'illusion.

Quand il poursuivit, notamment sur le fait qu'elle n'avait pas été bien lotie en devenant un Ange d'OtherSide, elle se contenta de hausser brièvement les épaules.
Ce n'était pas comme si elle avait choisi ! Bien évidemment, elle aurait préféré conserver son apparence originelle et rester dans ce monde plutôt que de se retrouver catapultée en OtherSide sous l'apparence d'une adolescente immaculée dotée d'ailes blanches.
Toutefois, à mesure que le métamorphe parlait, elle ne put s'empêcher de frémir à cause de cette histoire concernant les vertus curatives des plumes d'Anges.
La blanche demoiselle ne tenait pas particulièrement à se retrouver entre les mains d'individus qui n'auraient pas le moindre scrupule à lui arracher ses plumes par poignées entières afin d'en faire de quelconques remèdes.
Heureusement qu'elle avait compris instinctivement comment les faire apparaître et disparaître à volonté, même si ce petit exercice n'avait rien d'agréable.
Mais elle retenait qu'il ne faudrait pas les montrer inconsidérément sinon elle pourrait le regretter amèrement.
Doucement la jeune fille secoua la tête à la question du métamorphe.


- Non, jusqu'à maintenant je n'ai pas rencontré d'autre Ange, peut-être n'ai-je pas assez cherché...

Après tout, durant les dernières semaines, elle avait surtout cherché à en apprendre davantage sur ce monde où elle avait atterri sans crier gare, sur cette apparence qu'elle avait acquise sans le vouloir et sur une méthode quelconque afin de rejoindre l'endroit d'où elle venait mais elle n'avait rien trouvé d'intéressant jusqu'à maintenant sur ce dernier point.
Mais la question de Gabriel venait d'éveiller un doute dans son esprit : elle n'était peut-être pas la seule Ange dans ce cas, prisonnière d'une apparence qui n'était pas la sienne, l'un de ces congénères - si on pouvait appeler ça comme ça - avait peut-être subi le même sort.
Toutefois, les Anges ressemblaient à des humains s'ils ne montraient pas leurs ailes ou leur caractère plutôt bienveillant et elle ne pouvait décemment pas demander à chaque personne qu'elle croisait "Vous êtes un ange ? Hein ? Dites ?..."
Au contraire, elle risquait de tomber sur des personnes mal intentionnés - démons, gargouilles et autres créatures malveillantes - qui s'en prendraient à elle si elle se comportait de manière aussi ingénue.
D'ailleurs cela lui attira un léger sourire amer tandis qu'elle posait son regard couleur rubis sur le métamorphe nonchalamment allongé.


- En admettant que je veuille rencontrer mes pareils, je ne sais même pas par où aller et je ne vais pas me balader avec une pancarte "Ange recherche Ange" tout de même...

Elle n'avait jamais eu besoin de passer de petite annonce ou bien de faire du speed-dating pour rencontrer qui que ce soit.
Preuve s'il en était son tête à tête presque courtois avec Gabriel en ce moment même mais en dépit de son changement d'apparence et de l'endroit où elle se trouvait, elle ne se départait pas d'un brin d'humour et de sa persévérance.
C'est peut-être ce qui la sauverait dans un monde aussi dangereux d'OtherSide, tout comme cela l'avait épargné de l'ire du gigantesque Lion qu'était encore le jeune homme paresseusement allongé dans l'herbe verte à ses cotés.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Crimson

Métamorphe
Alpha des Félins
MétamorpheAlpha des Félins

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Mar 6 Déc - 10:30

Je retins difficilement un frémissement en l'entendant confirmer mes craintes : elle n'avait rencontré aucun autre Ange à ce jour. Cela pouvait s'expliquer avec la récente disparition des leurs, cette nouvelle chasse aux plumés et aux écailleux... néanmoins si personne ne s'occupait d'elle, elle ne resterait pas en vie très longtemps. Je me redressais, m'asseyant en quittant ma nonchalance habituelle. Je pourrais très bien l'emmener dans un de ces coins que je connaissais bien et qui recelait pas mal d'Ange... mais si je faisais ça, j'étais plus ou moins dans la mouise. Je suis un prédateur et on pourra dire ce qu'on voudra, un Ange restera toujours un oiseau aux yeux d'un chat tel que moi... et au vu de ma carrure - sous forme animale s'entend - j'étais presque sûr qu'on se méfierait de moi et qu'on enverrait balader Serena sous prétexte que c'était sans doute un leurre. La méfiance est mère de sûreté en OtherSide, et j'étais prêt à parier que certains plumés vendaient les siens pour rester en vie... et j'étais plutôt bien placé pour le savoir. Je croisais mes jambes, me positionnant en tailleur et portant mon pouce à ma bouche pour mordiller mon ongle, pensif. L'y conduire était exclu mais l'orienter dans la bonne direction était une meilleure solution, elle risquait néanmoins de se faire attaquer en chemin... si je me montrais suffisamment prudent et efficace, je pouvais la surveiller de loin et la protéger jusqu'à ce qu'elle arrive à bon port. J'entendais d'ici les railleries de mon double à poils concernant mon désir de protéger un vulgaire petit oiseau. Un oisillon sans défenses... et je pouvais deviner qu'il me suggérerait - d'ici peu - de mettre moi-même un terme à son existence pour lui éviter une mort plus douloureuse. Avec moi, elle ne verrait rien venir, ne souffrirait pas et au moins mourrait-elle en ignorant ce qui lui était arrivé, elle ne se rendrait compte de rien... et je savais que s'il se montrait suffisamment persuasif j'étais capable de succomber à ses paroles. Il était tellement persuasif quand il le voulait que c'en était inquiétant.

Je jetais un regard en coin à ma compagne du moment. Je savais par expérience que mes yeux s'étaient éclaircit sous la légère influence du Lion, qu'ils étaient toujours marron mais qu'ils paraissaient plus... glacials, plus... prédateurs. Un frémissement agita le coin de mes lèvres et je revins à la berge du lac en face de moi. SI je la tuais ici et maintenant je lui rendrais un grand service et je m'en mettrais plein les poches, je pourrais rester tranquillement chez moi ou avec mes chevaux sans avoir à m'inquiéter de problèmes d'argent. C'était du fric facile vu son inexpérience. L'emmener chez les Anges ou en tout cas l'envoyer vers eux la rendrait plus coriace, plus à même de se défendre puisqu'ils entreprendraient presque dès son arrivée de lui inculquer la défense de base tout en essayant de déterminer la nature de son pouvoir secondaire. Je pris une profonde inspiration et, fermant les yeux, chuchotais trois petits mots auxquels je rajoutais la pression familière de mon propre pouvoir. Il me suffisait de le visualiser, de le voir dans ma tête pour que mes paroles lui soient adressées, pour qu'il m'obéisse. La charge en pouvoir était faible, je n'avais pas besoin de le contraindre, juste de lui faire parvenir le désir, le besoin, de me rejoindre... seulement la distance était un soucis. Ma gorge s'assécha et je toussotais en sentant une légère migraine montrer le bout de son horrible museau. Je fronçais les sourcils, gardant les paupières fermées en appuyant mon pouce et mon majeur à la base de mon nez pour essayer de faire taire ce brusque mal de crâne. Lorsque j'ouvris les yeux, leur couleur était passée de marron glacial à un gris bleuté caractéristique de mon lion. J'entendis le claquement des sabots tandis qu'il trottait dans notre direction mais je savais qu'il était encore loin alors je me tournais vers Serena et lui adressait un petit sourire :

- Le Temple est un lieu où les Anges se rendent fréquemment. C'est un lieu de prière... quel meilleur endroit pour des créatures de Dieu ? Ne parle à personne en premier lieu et, surtout, ne parle pas de ta véritable nature. Si les Anges peuplent majoritairement cet endroit, il y a malgré tout d'autres représentants moins enclins à aider un Ange mais l'étant davantage pour l'embobiner.

Je repris doucement ma respiration, mon souffle étant un peu plus difficile et légèrement - très imperceptiblement - haletant. Mon pouvoir se rapprochait énormément à une course d'endurance parfois... l'impression d'avoir les poumons glacés ou en feu, qu'ils sont vidés et épuisés... c'était ce que je ressentais dans une moindre mesure et même si cela m'avait fatigué, j'étais encore loin de mes propres limites. Seule la distance m'avait posé un problème et d'ici quelques secondes il n'y paraîtra plus. Je ricanais légèrement à sa mention d'une pancarte, je l'imaginais presque la situation et toussotais légèrement, ma poitrine protestant. La conséquence de cette pancarte serait sinistre mais cela n'en restait pas moins amusant.

- Observe les gens qui se trouveront autour de toi. Tu reconnaîtras assez facilement un Ange mais soit prudente : les Gargouilles ressemblent comme deux gouttes d'eau à des Anges, la seule différence physique qu'on peut leur trouver, c'est leurs ailes : les leurs sont constituées de plumes en pierre. Alors observe, longtemps s'il le faut, reviens plusieurs fois si c'est nécessaire. Tu verras plusieurs fois les mêmes personnes et il y a des chances pour qu'il s'agisse de tes congénères, mais lorsque tu te dirigeras vers l'un d'eux - ou si c'est une personne qui vient vers toi - assure-toi à tous prix qu'il s'agit d'un Ange. Surtout lorsque tu parleras de ton ignorance.

J'inspirais et expirais lourdement et me frottais le cou. Je dus faire un effort pour me relever et sentis légèrement le monde tourner autour de moi avant que mon équilibre ne revienne complètement. C'est lorsque je retrouvais toute ma stabilité que Dolce parvint à mes côtés. C'était une jument Marwari à la robe d'un blanc pur sans aucune imperfection. Elle s'arrêta à ma droite et je flattais son encolure, attrapant son licol que j'avais fourré dans ses fontes et lui passais tranquillement en fredonnant distraitement pour la rassurer. Lorsque j'eus finis, je me tournais vers Serena avec un léger sourire :

- Je te présente Dolce. Elle est douce et gentille, très attentive et si tu ne sais pas monter c'est une super monture pour les débutants. Je te la prête ou te la donne si tu promets de bien t'en occuper. Si tu n'en veux pas, ramène la à mon élevage lorsque tu n'en auras plus besoin. Je serais plus rassuré si tu te rendais au Temple sur son dos. Elle est gentille mais c'est une sacré bagarreuse alors si tu as des ennuis, elle t'aidera et saura parfaitement prendre la fuite lorsque ce sera nécessaire.

Je savais que c'était un peu cavalier de lui proposer ça... mais Dolce était une excellente monture en plus d'être rapide et très intelligente, à partir du moment où Serena serait en selle, elle ne risquerait pas grand chose si elle savait se déplacer. Les chevaux blancs étaient souvent utilisés par les Anges mais les Gargouilles s'en servaient également pour conserver leur atout "tromperie" et les yeux rouges de cette petite suffirait à donner un doute aux autres quant à sa véritable nature. C'était un atout dissuasif qui pourrait néanmoins lui poser problème pour convaincre un Ange de ses bonnes intentions. Encore que l'utilisation de son pouvoir naturel sur l'eau serait une excellente preuve... si elle savait s'en servir ne serait-ce que pour une légère démonstration.

- Qu'en penses-tu ?

_________________
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become Help me believe it's not the real me Somebody help me tame this animal.

#662E3F
|| Nath || Gabriel ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena Magami

Ange
Vertu de la Tempérance

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Mar 6 Déc - 17:55

L'Ange hocha légèrement la tête de coté en voyant le métamorphe rester brusquement silencieux.
Il semblait comme... ennuyé, étonnamment concentré, mordillant l'ongle de son pouce comme pour évacuer son stress.
Elle écarquilla brièvement les yeux à mesure que les secondes passaient : le regard de Gabriel semblait changer, ses prunelles d'abord marrons semblèrent se refroidir, comme si des pensées sombres le traversaient, et lentement ils semblèrent virer à un gris perçant.
Mais Serena s'arracha à ce spectacle aux mots de son aîné : il lui parlait d'un endroit dont elle n'avait encore jamais entendu parler jusqu'à maintenant au cours de ses pérégrinations en OtherSide.
Le Temple, un lieu apparemment dédié aux Anges où ils se retrouvaient dans une relative quiétude, même si, avec cette histoire de chasse aux plumes, les choses avaient dû changer.
Au moins elle avait un endroit où aller désormais, peut-être y trouverait-elle des réponses aux questions qu'elle se posait depuis qu'elle avait mis le pied dans ce nouveau monde.
Elle resta silencieuse, particulièrement attentive aux conseils que lui donnait le métamorphe : elle devrait prendre garde aux Gargouilles, des êtres dont la beauté pouvait s'apparenter à celle des Anges (même si elle ne se considérait pas comme un canon de beauté vu son état).
S'il lui conseillait de se méfier, ce n'était sans doute pas sans raison, ces créatures aux ailes de pierre ne devaient pas être très recommandables.
La blanche demoiselle finit par acquiescer doucement, toujours accroupie auprès de lui.


- Je serais prudente !...

Aussi innocente qu'elle puisse sembler sous cette apparence d'ange immaculé, elle n'était pas née de la dernière pluie et, même sur Terre, elle savait qu'on ne pouvait accorder sa confiance à quelqu'un sur sa bonne mine.
Son regard écarlate suivit Gabriel quand il se redressa, un peu raide, bien loin de sa souplesse de félin précédente.
Elle pensa tout d'abord qu'il s'était lassé de la renseigner et de la conseiller, il allait reprendre sa route en la plantant là.
Doucement elle se redressa à son tour, disciplinant sa longue chevelure blanche d'un geste, prête à le remercier pour tout ce qu'il lui avait appris jusqu'à maintenant.
Mais tous les mots qu'elle s'apprêtait à prononcer moururent dans sa gorge devant le spectacle qui l'attendait.
Un magnifique cheval à la robe immaculée se dirigeait droit vers le métamorphe et il s'arrêta sagement à ses cotés.
Gabriel flatta son encolure élégante, il connaissait visiblement bien l'animal et il s'empara de son licol avant de se tourner vers elle avec un sourire amusé qui en disait long sur la surprise qui devait se lire sur son visage :


- Je te présente Dolce. Elle est douce et gentille, très attentive et si tu ne sais pas monter c'est une super monture pour les débutants. Je te la prête ou te la donne si tu promets de bien t'en occuper. Si tu n'en veux pas, ramène la à mon élevage lorsque tu n'en auras plus besoin. Je serais plus rassuré si tu te rendais au Temple sur son dos. Elle est gentille mais c'est une sacré bagarreuse alors si tu as des ennuis, elle t'aidera et saura parfaitement prendre la fuite lorsque ce sera nécessaire.

Serena n'en croyait pas ses oreilles : il était ni plus ni moins en train de lui proposer cette magnifique monture pour l'emmener là où elle le désirait.
Il fallut quelques instants pour revenir de sa surprise et elle avança d'un pas vers Gabriel.


- J'accepte avec plaisir !...

Elle était encore trop sonnée par cette offre aussi agréable que surprenante pour que sa voix ne la laisse pas transparaître.
Délicatement et prudemment, l'Ange se dirigea vers la superbe cavale et tendit gentiment les doigts vers sa tête fière pour saluer sa nouvelle compagne de route.


- Enchantée Dolce. Je m'appelle Serena, j'espère que nous allons bien nous entendre !...

La belle jument à la robe immaculée renifla doucement sa main blanche, comme pour s'assurer qu'elle ne lui ferait aucun mal puis elle tendit les naseaux dans sa direction.
Gentiment la jeune fille la flatta à son tour, perdue dans ses pensées : si on lui avait dit un peu plus tôt qu'en tombant nez à nez avec un lion gigantesque alors qu'elle prenait un bain improvisé, elle finirait par se faire remettre une magnifique monture, elle ne l'aurait pas cru !...
Doucement elle releva ses yeux couleur de rubis vers le métamorphe.


- Merci beaucoup. Avec elle, je devrais pouvoir rallier le Temple sans encombres. Par où dois-je aller ?...

L'Ange n'avait pas osé poser la question qui la taraudait réellement : pourquoi Gabriel se montrait-il aussi attentionné avec elle ?
Elle n'avait pourtant rien fait pour se faire apprécier de lui, à moins que le fait de lui donner une douche ait suffi pour se faire une place dans son coeur.
A moins qu'il ne veuille se débarrasser au plus vite de ce fardeau qui l'encombrait depuis qu'il avait mis les pieds - ou pattes plutôt - auprès du Lac.
Mais pour une fois c'était une question où elle préférait ne pas avoir de réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Crimson

Métamorphe
Alpha des Félins
MétamorpheAlpha des Félins

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Mer 7 Déc - 15:08

Je l'observais s'approcher de la jument avec ce petit regard de gamine émerveillée en songeant que j'avais choisi la bonne solution. Je le regretterais peut-être dans deux ou trois jours, mais le sourire sincère et le geste incertain qu'elle eut en tendant les doigts vers Dolce, suffiraient à justifier mon geste durant ce temps-là... les jours suivants, il me faudra l'éviter pour ne pas céder à la tentation de teinter de rouge le blanc immaculé de ses cheveux. J'avais, dans les muscles, la tension familière du prédateur prêt à bondir et je me savais capable de la tuer ici et maintenant, mais j'avais suffisamment de raisons pour m'en abstenir pour cette fois alors je restais droit et le sourire aux lèvres en songeant qu'aujourd'hui je m'étais comporté comme un homme bon. Je m'étais battu contre mon instinct de prédateur sanguinaire, j'avais sauvé une Ange d'une mort certaine même si elle finirait bien, un jour ou l'autre, par mourir. C'était notre destin à tous et je n'échappais pas à la règle. Un jour ou l'autre, je tomberais sur plus fort que moi. Au cours d'un combat pour la dominance des Métamorphes, au cours d'une bataille contre un Dragon ou un autre Ange pour un peu d'argent... tué par une Gargouille ou un Vampire, pour mon sang ou pour le plaisir. Un jour. Mais en attendant c'était moi le prédateur, et aujourd'hui j'avais eus le même comportement que cette lionne dont on conservait des photos pendant qu'elle s'occupait d'un jeune gnou privé de sa mère. On ignore si le bébé a survécu longtemps sous la protection de la féline ou si cette dernière a fini par succomber à son instinct primaire... mais l'image restait belle et suffisait à me convaincre de continuer sur cette voie. Aider cette gamine tout en sachant que la prochaine fois je ne serais peut-être pas aussi magnanime ou généreux. La mort est un cadeau bien trop souvent méprisé...

Dolce se laissa doucement faire, docile et câline, elle alla jusqu'à s'approcher de sa nouvelle cavalière... la belle jument à la robe immaculée allait à merveille avec la jeune fille aux cheveux tout aussi blancs. J'eus un sourire léger en entendant sa question et mit une seconde à lui répondre. Je reniflais l'air, profitant d'un léger courant qui m'apporta toute sorte d'odeur et finit par lui indiquer une direction en tendant le bras :

- Par là. Si tu ne sais pas où tu dois te rendre, prononce juste le nom de l'endroit et elle devrait pouvoir t'y mener. Ne te contente pas juste d'une indication comme "un Bar" si tu en cherches un en particulier, donne-lui son nom et elle saura t'y guider. Je l'ai élevé ici et elle connaît la ville aussi bien que moi. A quelques exceptions près.

Je tendis les doigts et effleurais le duvet doux et fin des naseaux, croisant un bref instant le regard intelligent de la jument. Dolce n'était pas stupide, elle savait qu'elle ne rentrerait pas avec moi comme elle savait que si j'avais un jour besoin d'elle, je l'appellerais comme je venais de le faire. Mais j'avais beaucoup d'autres chevaux et dans l'immédiat elle ne m'était d'aucune utilité. C'était une balade tranquille, je l'avais laissée à la lisière de la forêt tout en sachant qu'elle ne risquait rien. Personne d'assez intelligent n'irait s'approcher d'une jument imprégnée à ce point de mon odeur. Et les quelques autres ne possédant pas un odorat suffisant ne se tromperaient pas en avisant la sellerie reconnaissable entre toutes : ouvragée et de bonne facture avec un nom en lettre calligraphiée sur l'arrière de la selle. J'étais connu, surtout mon élevage en fait... et personne n'ignorait que j'étais relativement... tatillon en ce qui concernait mes propriétés. Comme mes chevaux par exemple.

- Profite de ton apparence qui peut laisser un léger doute. Tes yeux rouges peuvent laisser à penser que tu es une Gargouille. Si tu es en mauvaise posture, affiche un air arrogant et méprisant et laisse entendre qu'il te suffit d'un geste pour tuer ton adversaire. Cela devrait suffire. Les Gargouilles sont redoutables et redoutées, alors n'hésites pas à en jouer.

J'hésitais une seconde et détournais le regard de la silhouette frêle de Serena. J'avais parfaitement conscience que mes yeux étaient toujours d'une clarté inquiétante et dangereuse... alors je les relevais vers elle et la fixais avec une intensité dérangeante :

- Un dernier conseil : la prochaine fois que tu me verras... méfie-toi. Assure-toi que je suis dans un bon jour et si ce n'est pas le cas fuis. Fuis loin et vite.

C'était fait. Je relâchais une respiration que je n'avais pas eut conscience de retenir. Au moins était-elle prévenue. J'étais un lion. Un instant je pouvais être tout sucre tout miel avec vous et le suivant, à l'instant où vous me tournez le dos, confiant, je vous saute dessus et vous égorge. Je suis un prédateur imprévisible et dangereux. Mortel. Il était préférable qu'elle en ai conscience la prochaine fois qu'elle me rencontrera. D'ailleurs il serait idéal qu'elle se méfie de tout et de tout le monde, amis comme ennemis. Surtout des amis. Les ennemis ont peut toujours prévoir ce qu'ils vont faire ou au moins ce qu'ils ont l'intention de vous faire, mais lorsque l'on fait confiance et que l'on a des amis... la chute est plus dure et toujours plus douloureuse et inattendue.

_________________
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become Help me believe it's not the real me Somebody help me tame this animal.

#662E3F
|| Nath || Gabriel ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena Magami

Ange
Vertu de la Tempérance

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Mer 7 Déc - 19:48

A sa question, le métamorphe renifla d'abord l'air puis il lui indiqua un point invisible au-delà de la forêt mais cela ne semblait pas avoir grande importance pour lui.
En effet, Dolce, la superbe jument qu'il venait de confier aux bons soins de Serena - à moins que ce ne soit l'inverse - connaissait selon lui les environs aussi bien que son maître connaissait le fond de sa poche.
Savoir que sa monture lui servirait également de GPS animal avait quelque chose d'un peu dérangeant mais elle n'allait pas se plaindre alors qu'elle l'empêcherait de s'égarer dans des endroits dangereux ou inquiétants.
Gabriel flatta à nouveau les naseaux de sa bête comme pour la réconforter avant de s'en séparer et il reprit la parole avec un peu plus de sérieux, son regard toujours étonnamment clair et perçant comme celui du félin dont il pouvait prendre l'apparence :


- Profite de ton apparence qui peut laisser un léger doute. Tes yeux rouges peuvent laisser à penser que tu es une Gargouille. Si tu es en mauvaise posture, affiche un air arrogant et méprisant et laisse entendre qu'il te suffit d'un geste pour tuer ton adversaire. Cela devrait suffire. Les Gargouilles sont redoutables et redoutées, alors n'hésites pas à en jouer.

L'Ange grimaça légèrement en entendant ça : ce n'était pas du tout son genre de prétendre être ce qu'elle n'était pas.
Certes son regard incandescent lui avait déjà fait claquer quelques portes au nez, elle s'était faite traiter de vampire et les gens avaient détalé devant elle mais de là à se faire passer pour une autre créature d'OtherSide, c'était à ses risques et périls.
Mais le métamorphe arpentait ce monde depuis plus longtemps qu'elle, sans doute était-il judicieux de suivre son conseil.
Toutefois, si elle pourrait se montrer arrogante et sûre d'elle pour clouer le bec à qui l'ouvrait trop grand devant elle, elle doutait sincèrement de parvenir à faire croire à quelqu'un qu'elle pourrait le tuer en un claquement de doigts, qui plus est sous son apparence immaculée et délicate.
Serena hocha pourtant la tête devant son aîné :


- Très bien, je ferais de mon mieux pour qu'on ne découvre pas ma véritable nature !...

Le métamorphe la considéra un instant, comme si ce qu'elle venait de dire avait remué quelque chose en lui, puis il détourna son regard clair avant de le reposer sur elle.
L'Ange ressentit vaguement une certaine confusion de sentiments chez son vis-à-vis, comme s'il oscillait entre deux extrêmes, à savoir l'envie de la protéger et celle de repeindre cette clairière avec son sang.
Mais elle était trop inexpérimentée pour découvrir exactement ce qui agitait l'esprit de Gabriel de la sorte.
Enfin il reprit la parole, cette fois sur un ton qui avait quelque chose de dur et d'inquiétant, comme s'il cherchait à la faire partir une bonne fois pour toutes.


- Un dernier conseil : la prochaine fois que tu me verras... méfie-toi. Assure-toi que je suis dans un bon jour et si ce n'est pas le cas fuis. Fuis loin et vite.

La blanche demoiselle mit quelques secondes à digérer cette mise en garde mais elle finit par hocher la tête.
Elle n'oubliait pas que sa première rencontre avec Gabriel avait été sous sa forme de lion, un prédateur s'il en était, peut-être que l'animal dont il prenait l'apparence prenait parfois l'ascendant sur lui, comme le prouvait son regard digne d'un fauve.


- Comme tu voudras !...

Prudemment, Serena rassembla ses quelques effets - sac et Shinai - avant de les accrocher à la selle de Dolce.
Puis, avec un peu de dificulté, elle parvint à mettre le pied à l'étrier et à se hisser sur la selle solide et confortable qui trônait sur le dos de la jument.
Pourtant et en dépit de ses mises en garde, elle ne pouvait se résoudre à planter là le métamorphe qui avait tant fait pour elle, à la fois par ses conseils et par ce magnifique présent qui lui permettrait d'aller là où elle le désirait
.

- Merci encore Gabriel. J'espère sincèrement que la prochaine fois que nous nous reverrons, je n'aurais pas à te fuir !...

C'était deux voeux au lieu d'un seul en fait : elle espérait non seulement revoir le jeune homme mais aussi dans de bonnes conditions.
Avant de se faire gronder pour sa trop grande innocence et pour sa gentillesse par Gabriel qui venait de passer un moment à lui faire comprendre qu'elle devait se méfier de tout le monde, elle se pencha doucement sur l'encolure de Dolce pour lui souffler à l'oreille :


- En route Dolce ! Allons vite au Temple !...

Sa nouvelle compagne comprit aussitôt la destination qu'elle avait à suivre : sans perdre un instant de plus, elle s'élança dans la forêt, guidant sa cavalière vers l'endroit qu'elle désirait.
Serena ne se retourna pas : elle était à peu près certaine que Gabriel la foudroierait du regard si elle essayait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gabriel Crimson

Métamorphe
Alpha des Félins
MétamorpheAlpha des Félins

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé] Jeu 8 Déc - 7:58

Et elle n'avait sans doute pas tord. Elle devait partir. Vite. Je la regardais s'en aller avec un frémissement léger. La course de la jument me faisait vaguement penser à une fuite. Tout comme courir devant un chien était une excellente manière de l'inciter à vous courir après pour vous planter ses crocs dans votre mollet, courir devant un lion était également un prétexte parfait pour qu'il se lance à votre poursuite. Et j'étais un prédateur. La fuite, voir quelqu'un courir, était toujours une sorte d'excitant qui me soulevait des bouffées de sauvagerie et de désir de chasse. Aussi je me contraignis à l'immobilité, attendant que la croupe et la silhouette blanches ne disparaissent au cœur des arbres en luttant contre des instincts contraires. Lorsque je fus enfin seul au milieu d'une étendue d'herbe bordant l'eau claire du lac, je m'accroupis et eus un soupire tremblant. Vous n'imaginez pas ce que c'est que de lutter à la fois contre vous-même et contre une entité animale qui vous pousse en avant, qui tire, tourmente et exalte. J'en tremblais presque de cet effort et me sentais presque essoufflé comme si j'avais couru un cent mètres en étant encore humain. Mes muscles se contractaient spasmodiquement jusqu'à ce qu'une profonde inspiration suffise à me calmer.

- Bon...

Un lent sourire étira mes lèvres en une expression prédatrice et je courbais légèrement le dos vers l'avant, posant mes doigts sur le sol herbeux. Lentement, mes doigts changèrent, se couvrirent d'une fourrure claire et douce et je fredonnais lentement d'une voix basse mais joyeuse :

- Quand vient l’ouverture de la chasse tous les chasseurs suivent ma trace ♪

A la fin de la petite chanson dont j'avais consciemment retiré une partie, ma voix avait muée et prit un ton plus grave, plus rocailleux tandis que j'achevais de me changer, quittant ma forme humaine pour retrouver mes sensations de félins... et la lutte familière avec le Lion pour garder le contrôle. Le changement terminé, j'étais légèrement haletant - autant de changement en si peu de temps avait de quoi vous épuiser. Lentement je laissais au Lion plus de place, plus d'ascendance sur mes actes. Il s'agissait de le satisfaire et de l'apaiser dans sa soif guerrière et sauvage, aussi je ne pus que sourire intérieurement en l'entendant achever la chanson :

- Je suis la terreur du gibier ♪

Il n'y avait pas plus vrai. La chasse pouvait commencer.

_________________
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become Help me believe it's not the real me Somebody help me tame this animal.

#662E3F
|| Nath || Gabriel ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Au Coeur de la Fôret [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Au Coeur de la Fôret [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OtherSide :: Coin Détente :: Rp fini-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit