AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Colchique dans les prés [Pv Gaby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Eden L. Faust

Gargouille
Légionnaire du Crime

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Colchique dans les prés [Pv Gaby] Mer 11 Jan - 11:06

"Colchique dans les prés... fleurissent... fleurissent..."

Eden continuait de fouiller les abords des falaise, laissant battre ses ailes sur un air relativement doux même en hiver. Elle était certaine d'avoir entendu à l'aide et observait les lieux avec curiosité : qui pouvait faire plus peur qu'elle ici ? Personne... Du moins, à son avis. Son regard noir se posa sur l'étendue neigeuse avant que ses pieds ne touchent le sol. La jeune femme se redressa et contempla ce qui faisait face au bord de la falaise : des arbres, une forêt recouvert elle aussi de neige. Pourtant elle continuait de fredonner une chanson totalement hors saison comme si cette mélodie pouvait la réconforter... et elle le vit. Elle vit un enfant courir, la voir et lui foncer entre les pattes. Son nez se fronça en sentant l'odeur d'un ange... Ça ou en voyant ses ailes douces et immaculées.

- Vous pouvez m'aider ?
- ... Emportée par le vent... en ronde...
- S'il vous plait il arrive !
- hum ?

Eden contempla l'enfant avant d'enfin voir un loup se profiler. Pas un métamorphose... Non un vrai. Une lame d'air, deux, et c'était finit. L'enfant pleurait contre son pantalon comme s'il était à bout de nerf et la jeune femme finit par regretter. Ce n'était qu'un enfant après tout.

- ... Désolée... tu n'avais pas à voir ça.

Que ce soit l'instinct maternel ou non c'était logique qu'un enfant soit toujours naïf, il changerait... Alors sans savoir qu'il se serrait contre plus dangereux que le loup l'enfant éclata en sanglot, racontant ses malheurs. Il était perdu, l'une de ses ailes s'était prise dans des branchages et lui faisait trop mal pour qu'il vole encore. Comment ne pas vouloir le réconforter ? Elle le prit ans ses bras en lui murmurant que c'était finit, n'arrivant pas à rejeter un enfant visiblement : même ange. Durant ce temps elle contemplait l'étendu d'arbre, aux aguets. Il ne manquerait plus qu'un autre danger tiens. Mais il ne vint pas.

- Madame vous pouvez me ramener chez moi ?

Mignon le petit, Eden sourit et hocha la tête en lui caressant les cheveux. Elle se mit à avancer doucement, tentant de calmer ses ardeurs. La tentation était grande, plus que quiconque aurait pu le penser. Après tout qui oserait toucher à un enfant si magnifique ? Ce n'était pas être cruel là, c'était pire... non ? Barbare ? ..; oui.. mais toute les gargouilles ne l'étaient-elles pas ?

- Nuage dans le ciel... se fendent, se fendent comme une aile...
- C’est joli, ça vient d'où ?

Qui pourrait connaitre ? Ici personne n'était français : ou du moins n'en avait-elle pas vu. Elle reposa l'enfant contre un arbre et s'agenouilla pour être à sa hauteur. Il devait avoir 4ans au maximum, parlait bien, était bien éduqué... Non franchement ce serait une honte !

_____________

Son bras était entré comme dans du beurre, remonté jusqu'au cœur au point que la chaleur humide et les griffes de ses os allaient jusqu'à son avant bras. Elle retira enfin le cœur, l'enfant étant mort depuis près de cinq minutes. En effet c'était tout petit un cœur d'enfant. Si petit ! Mais l'enfant avait été si adorable avec ses yeux implorant qu'elle n'avait pas pu résister. Continuant de garder d'un bras le corps mort contre elle elle le berça en finissant sa comptine. "Un chant dans le cœur" hein ? Elle observa le cœur de l'enfant, ne se comprenant elle-même plus. Les choses qu'elle appréciait, qu'elle aimait... Elle les détruisait. Pas parce que c'était mal, mais ça lui semblait à présent de s'en emparer en étant celui qui les détruirait. Était-ce ça que Sergei avait tenté de lui faire ? La tuer avant le temps, avant tout le reste... ?

Un sourire franchit ses lèvres alors que sa veste et son tee-shirt s’imprégnaient du sang de l'enfant. Un crime, elle ne pouvait pas s'en empêcher. C'était tellement pur un enfant, personne n'oserait... personne ne voudrait faire ça. C'était bien parce qu'elle ne voulait pas le faire qu'elle l'avait fait, allez la comprendre. A s'en faire mal, à s'en briser l'âme, elle se brisait et brisait les autres. Un bruit de battement d'elle lui conseilla de tourner le visage vers le bord de la falaise. Un ange s'y posait, peut-être cherchait-il l'enfant... ? Elle se redressa, le cœur dans la main et l'écrasa histoire que l’horreur soit achevée. Si elle aimait les enfants elle adorait les anges : adultes. Il avaient gardé la naïveté des enfants mais il était insensé de l'avoir à leur âge. Ses vêtements tâchés du sang elle sorti d'un coup sec ses ailes de pierre, les faisant crisser un peu mais peu importe. on l'avait surprise, on allait l'attaquer. C'était logique. Oh elle n'avait plus envie de se battre mais elle n'avait pas envie de mourir tout de suite.

- Ce chant dans mon cœur... murmure le bonheur.

Sa tête se pencha de côté comme un chat incapable de comprendre et elle sourit doucement. Tout était finit, l'attaquer ne servirait à rien... Se venter ? Pas son genre. Son corps se serrait à en hurler d'avoir fait ça et un plaisir malsain s'emparait d'elle. Elle adorait entendre ce qu'il restait de sa conscience hurler.

- Ange, allez vous en c'est terminé.

Il était vrai qu'il n'y avait au final plus grand chose à sauver... le sang sur sa cuisse en était la preuve : plus de cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hewley Gabriel

Ange
Vertu de l'Humilité

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Colchique dans les prés [Pv Gaby] Mer 11 Jan - 12:53

Je marchais...tranquillement, paisiblement. Mes ailes camouflées sous mon manteau blanc se sentaient à l'étroits, comme d'habitude. Je regarda autour de moi, et constata que j'étais seul. Je quitta mon manteau et le pris juste sous mon bras. J'étendis mes ailes sereinement. Puis, j'entendis un cri. Un cri enfantin et effrayé. Je tourna la tête vers les falaises. De là où provenais le cri, je commença à courir dans cette direction espérant que ce ne soit pas trop grave, qu'il n'y ai qu'une fausse frayeur et plus de peur que de mal. Puis dans l'étendue neigeuse, je vis un garçon de loin, courir...fuir un loup...un métamorphe peut être, ou un loup tout simplement. Qu'importe en fait. Il ne semble pas lui vouloir du bien. Je commença à voler. Pour aller vite...plus vite. Dans l'espoir de pouvoir sauver une vie. Je vola du plus vite que je pouvais gêner par la neige et le froid. Je me posa au sol un moment...croisant le même loup...mais pas l'enfant. Peut être s'était il lassé de courir et préférait abandonné sa course ? Non je ne pense pas. Je repris mon envol mais plus doucement...afin de chercher le garçon. Puis...je me posa encore une fois, je me posa sur le bord de la falaise. Constatant, effrayé, horrifié...dégoûté.

Devant moi, se trouvait une jeune gargouille, reconnaissable à ses ailes rocailleuses et le sourire tiré jusqu'aux oreilles après avoir commis son crime. Derrière elle. Se trouvait un cadavre, le cadavre du petit garçon que je cherchais. C'était un ange, ses ailes immobiles sur son dos le prouvaient. Ce qui me répugna au plus haut point dans cette vision. C'était le trou dans le corps du petit homme. Un trou qui devait normalement laissé voir le coeur mais qui ne laissait plus qu'un flot de sang couler sur la neige blanche. Le coeur n'était plus. Plus rien si ce n'est qu'une bouillie informe. La gargouille, l'avait tué. Je descendis de la falaise. Et m'avança vers la gargouille. Je ne la regarda pas et passa juste à côté faisant attention à ce qu'elle ne m'attaque pas et me dirigea vers le cadavre du petit garçon. Celui ci était telle une loque, le regard vide, le corps dans une posture tordue, aléatoire...Je me mis à genoux à côté du corps et le contempla quelques instants. Je lui ferma les yeux, et le coucha dignement dans la neige blanche. Je passa une main sur sa joue...regrettant amèrement de ne pas être arrivé à temps pour le sauver non pas du loup, mais de la tueuse qui se tenait non loin de moi. Je me releva et soupira de tristesse. Je me tourna vers la gargouille, le regard sombre, sombre comme il ne l'a jamais été auparavant. C'était le tout premier corps d'enfant mort que je voyais, que je touchais. Je me sentais impuissant face à la situation. Je la regarda droit dans les yeux serrant les poings.


-Même venant d'une gargouille. Je dois avouer que cette situation me répugne horriblement. Tu n'avais rien d'autre à faire ? Rien d'autre vraiment ? T'attaquer à quelqu'un qui pourrait se défendre, crier à l'aide en espérant qu'on vienne l'aider ? Non évidemment. Tu dois préférer les cris juvéniles, les cris d'âmes innocentes et encore trop jeunes pour se méfier des gargouilles. Tu l'a sauvé de ce loup n'est ce pas ? Il a eu confiance en toi, et tu en a abusé. Tu l'a tué froidement sans qu'il ne puisse rien faire. Aux bas mots, il est mort il y a quelques minutes...Tu lui as arraché le coeur. Et il a du souffrir avant de mourir. Tu as du entendre son petit souffle s'affaiblir au point de ne plus exister et cela t'as rendu plus heureuse que jamais...Tu me dégoûtes.

Je m'avança un peu plus vers elle, me retrouvant à peu près à 2 mètres d'elle. Son sourire accentuait mon dégoût et la répugnance de la situation, je soupira encore une fois. Toisant la gargouille qui se tenait devant moi. Maintenant. Je pouvais pleinement me rendre compte à quel point les pulsions meurtrières de ce type peuvent être affreuses. Je repensa un court instant à ma rencontre avec Lorely, qui avait eu le courage et la force de contrôler ses pulsions en ma présence. J'imagina à quel point cela a du être dur. Mais je revins vite à la réalité afin qu'elle ne puisse profiter de mon absence morale temporaire. Mon air s'adoucis quelque peu, il s'adoucit car je prenais maintenant cette gargouille en pitié. J'avais pitié d'elle car j'avais l'impression qu'elle ne se rendait pas compte de la gravité de ses actes...Voir même qu'elle le savait mais qu'elle prenait plaisir à enfreindre la morale et l'éthique. Je la regarda dans les yeux.

-Je vais récupéré le corps de ce garçon et m'en aller avec pour lui offrir ce que tu ne mériteras jamais : un enterrement digne. Ne t'avise plus jamais de croiser mon chemin qui que tu sois.

Je lui tourna le dos, et me dirigea vers le corps du garçon qui avait arrêté de saigner depuis un moment, et que la neige avait commencer à recouvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden L. Faust

Gargouille
Légionnaire du Crime

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Colchique dans les prés [Pv Gaby] Jeu 12 Jan - 10:18

L'excitation de la mort était encore palpable, la déception et la souffrance sur le regard de cet ange adulte : jouissif. Il ne manquait plus qu'une chose au tableau : la mort également de celui-ci. Mais c'était moins amusant, ou comment dire... ça la ferait moins ressentir. Que fait quelqu'un ayant conscience d'avoir perdu sa conscience et le moindre sentiment ? il fait tout pour ressentir. Elle-même ne ressentait plus que la souffrance. Peut-être était-ce pour ça qu'elle aimait trahir ce qu'elle appréciait, qu'elle rompait les tabous et osait prendre à pleine mains ce qu'autrui avait de plus précieux en se faisant sacrilège... Peut-être. Pour le moment elle souriait à cet homme.

Mais cela s'arrêta vite quand il osa s'approcher du petit. Elle serra les dents pour se retenir de lui sauter à la gorge. Doucement, pas si vite... Ce bon à rien en plus s'amusait à répéter exactement ce qu'il s'était passé. Elle sourit, recevant chaque mot dans ce qui lui restait d'âme, la brisant un peu plus. Il ne pouvait pas comprendre les gargouilles : moitié folles, moitié brisées. Mais son sourire était doux, comme celui d'une mère se rappelant le visage de feu son fils. Oh il avait tord pour une chose : elle n'en était pas heureuse. Assouvie, brisée un peu plus, oui. Mais heureuse, non. La mort avait fait cet enfant sien et voir ce crétin s'approcher de lui avec ses grosses palourdes n'avait rien de bon par contre. Un grondement sorti du fond de sa gorge alors que ses yeux noirs inexpressif empêchaient d'observer la souffrance qui était jalousement la sienne. S'il recommençait à s'approcher du petit elle allait lui faire la peau. Même si sa folie avait été assouvie pour un bon moment avec ça elle ne pouvait pas laisser un type comme lui lui prendre cet enfant c'était... Bizarre, mais elle était presque jalouse qu'il le touche. Elle qui avait été aussi proche de l'âme de l'enfant, plus que sa propre mère... il lui appartenait. Ce n'était pas les anges les maîtres de la mort après tout et ce type allait vite le découvrir.

- Eloignes-toi de lui.

Murmura-t-elle de sa voix douce et presque angélique. Si elle n'avait pas été brisée avant d'entrer en ce bas monde peut-être aurait-elle été ange, mais ce n'était pas le cas. et cela était définitif. Il ne devait pas avoir entendu son ordre e le vent commença alors à se faire plus lourd. Pas encore électrique, ça prenait toujours plus de cinq minutes mais chaque partie de son corps se tendait alors qu'il l'entendait déblatérer ses conneries sur les enterrement. Bordel c'était à elle de le faire pas à lui ! Possessive et jalouse de par la folie qui était sienne un vent fort empêcha l'ange d'approcher du corps de l'enfant alors qu'elle retournait comme une bête se mettre dessus et l'agripper possessivement. Il était sien à présent, l'ange n'avait pas à s'en mêler.

- Je t'ai dit de ne pas t'en approcher le niais !

Il ne comprenait pas, ne pouvais pas comprendre quoiqu'il fasse. Il jugeait les actes avec raison mais sans comprendre le mal qui rongeait la race des gargouilles. Se retenir était vain, cela ne les rendait que pire lorsqu'ils en venaient à craquer. Et Eden était douce de caractère, joyeuse, aussi... Ce n'était pas pour rien qu'elle s'était renommée le Crime, effaçant officiellement son nom quand elle parlait aux autres. Seul xanthéas en ce bas monde connaissait le vrai mais lui était son supérieur. Les autres...

Eh bien les autres elle s'en foutait un peu.

- La mort l'a fait mien, tu n'as rien à faire ici...

Murmura-t-elle en contemplant l'enfant avant de s'éloigner à tir d'aile pour le contempler un peu plus loin, toujours comme une mère, l'enfant dans ses bras. Cet ange ne pouvait décidément pas comprendre : pour lui ça devait sembler tout juste caricaturale, mais pour eden cet acte avait été comme une preuve d'amour. Après tout Sergei dans sa folie n'avait-il pas essayé de la tuer dans ce but ? Elle ignorait la peau qui avait rongé cet homme pour lui faire tant de mal : la peur de finir encore seul. Elle, elle n'avait que des pourquoi et le vide qui la rongeait demandait à être assouvit. Et pour cela rien de mieux que de répéter ce qui n'avait pas été compris. Du bout de l'index elle caressa doucement le visage de l'enfant, ne se préoccupant pas de l'ange. La lourdeur du vent s'était interrompue, elle était passée à autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hewley Gabriel

Ange
Vertu de l'Humilité

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Colchique dans les prés [Pv Gaby] Ven 13 Jan - 17:47

Je ne pu faire un pas de plus, pourquoi ? parce qu'elle s'était interposée entre moi et le corps du défunt petit garçon. Elle m'ordonna de ne pas m'approcher de l'enfant. Pourquoi ? Il est mort, qu'est ce qu'il peut tant l'intéresser dans le fait de garder le cadavre ? L'enterrer elle même ? Afin d'aller jusqu'au bout extrême de son acte . Non je ne crois pas, c'est une gargouille, pas une psychopathe. Elle ne doit pas faire ça par plaisir. L'enterrer est peut être une manière de se racheter à ses propres yeux. Elle ne semble pas présenter de maladie cérébrale outre les pulsions caractéristiques des gargouilles. Cette race si violente et pourtant pas la plus étrange. Je la regarda, agripper possessivement le corps inerte du jeune ange. Cela me fit réfléchir quelques instants. Mais je restais sur mes positions, ce petit ange que je n'ai pas réussit à sauver doit avoir des funérailles dignes...Car il ne méritait surement pas la mort. Je regarda Eden dans les yeux. Les miens étaient calmes et pas colériques comme on aurait pu le penser. Il ne sert à rien de s'énerver dans cette situation. Après tout, il n'y a aucun combat à mener, juste un mort à déplorer et tout doit s'arrêter là.

-Il faut le ramener auprès des siens, sa famille, ses amis. Il ne méritait pas la mort que tu lui a donné. Surtout pas de cette façon en plus. Ce n'est qu'un enfant, et pourtant, tu l'a traité avec tant de cruauté...

Je fronçais les sourcils car tout commençait à s'ordonner dans mon esprit. Sa manière de se poster sur le corps, le fait qu'elle pense que la mort l'a fait sien. Tout s'emboîte en fait...J'avais presque oublié qu'il s'agissait d'une gargouille, la raison de son envie de tuer n'est pas dure à trouver : les pulsions dont elles sont victimes. Mais le plus intéressant avec elle, c'est qu'elle semble croire que ceux qu'elle tue, ont été destiné à mourir et que c'est une sorte de présent de la mort. Je ne sais pas encore la vrai signification de cette pensée. Mais je pense m'approcher de ce qu'elle pense. Je commence à la comprendre et cela me rassure. Je la vis s'éloigner en volant avec l'enfant. La manière dont elle le regardait, me faisait penser à celui de ma mère quand elle me souhaitait bonne nuit ou quand elle était fière de moi. Quand elle m'aimait en quelque sorte. En cet instant, un autre trouble se présenta à moi. Pourquoi ? encore et toujours pourquoi ? Quelle est la raison qui fait qu'elle le regarde comme ça ? Une fois que je la voyais plus loin mon regard se tourna vers le corps du garçon. Je me devais de le rapporter en ville...Même si elle est contre, l'esprit de cet enfant doit être en paix, et non abandonné ici à l'écart de tout le monde...

-Il n'est pas à toi, mort ou vif, un être humain, ange, démon, dragon, vampire, méta, et même gargouille, est libre et n'appartient à personne. Ses parents sont les seuls qui puissent décider de ce qui est bon pour lui désormais. Je n'ai que faire de ce que tu penses, ce garçon doit être ramené en ville.

Je savais pertinemment que provoquer une gargouille n'était pas la meilleure solution, mais ce n'était pas de la provocation en soit, plutôt une manière de lui faire comprendre, un test aussi. Je m'avança vers elle en quelques pas et je déploya mes ailes d'anges pour commencer à voler et peut être commencer une lutte afin de le ramener chez lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden L. Faust

Gargouille
Légionnaire du Crime

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Colchique dans les prés [Pv Gaby] Mer 1 Fév - 17:12

La gargouille pencha la tête de côté, incapable de comprendre cet homme; il était mort, on s'en moquait des tradition... ne pouvait-il pas comprendre les siennes, ses valeurs ? Ce petit bout lui appartenait à présent, qu'il le veuille ou non. Un sourire apparut sur ses lèvres alors qu'elle le voyait redresser ses ailes et prendre de la hauteur. voulait-il se battre pour une carcasse ? N'était-ce pas détestable pour lui, un ange, de faire ça ?

- Allons bon, tu cours à ta perte...

Là dessus elle resserra son étreinte sur le corps inerte de l'enfant et le couvant du regard, se déploya dans les airs avant de s'entourer d'une masse épaisse de vent, créant une sorte de force repoussante et empêchant quiconque de pénétrer à l'intérieur... enfin... sauf les puissants de ce monde, mais c'était déjà ça. Enserrant l'enfant aussi doucement qu'une mère, elle contempla ensuite l'ange avec une obstination toute retrouvée.

- c'est très tentant mais malheureusement pour toi cet enfant m'appartient déjà. Et je n'ai pas à me battre pour lui il m'appartient. Que tu es irrespectueux de mes logiques..; es-tu réellement angélique ?

Elle sourit, doucement, d'un regard tendre et pourtant désabusé avec une pointe de dédain. Ce genre de sourire fin que vous ne savez pas si vous devez l'anéantir par énervement ou l'adorer... Eden jouait et abusait de sa douceur d'autrefois, désormais perdue... Et cet ange aller en faire les frais. Elle fit alors apparaitre son hallebarde et plus sérieuse mature et moins bestiale que tout à l'heure, lui sourit, presque condescendante.

- Je ne me suis pas présentée... je m'appelle "crime"... Tout ce qui est criminel m'appartient, et tu ne peux aller à l'encontre de ça.

Une logique comem une autre dans un monde où toute les logiques avaient le droit de s'appliquer. il pouvait s'il le voulait défendre la cause de ces parents mais honnêtement... qu'en avait-elle à faire ? cet enfant lui appartenait à présent. Limite en la voyant des intrus auraient-ils pu penser qu’elle était sa mère tant d'un bras gauche fort et aimant, elle l'enserrait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hewley Gabriel

Ange
Vertu de l'Humilité

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Colchique dans les prés [Pv Gaby] Ven 3 Fév - 17:10

Me regardant assez étrangement, je la vis resserrer son étreinte sur le corps du jeune garçon. Puis dans un mouvement amples de ses ailes, elle souleva un vent assez violent qui aurait repoussé quiconque d'un peu trop léger ou même n'importe qui qui n'était pas sur ses gardes, constatant le vent s'approcher, je recula un pied pour trouver mes appuis dans la neige. Je cala mes pieds et mis un bras devant mes yeux pour éviter que la neige ne vienne les rencontrer. La bourrasque continuait alors qu'elle était toujours en l'air malgré les difficultés, je l'écouta attentivement, chacune de ses paroles me permet de la comprendre un peu plus, de savoir pourquoi. De découvrir des informations qui peuvent avoir une certaine importance dans cette situation.

Tout d'abord, la première chose qui m'interpella fut le fait qu'elle me trouvait "irrespectueux de ses logiques". Ce qui signifie si je n'abuse pas qu'elle trouve son meurtre et l'enlèvement du cadavre...logique et plein de sens. Sur le coup, elle m'effraya légèrement, je me demanda à quel point était elle attaché à sa "logique" et repensa à ma vie que je mettais en danger. Je la regarda, constatant son sourire presque dédaigneux qui me rendais un peu plus conscient du danger qui était devant moi. Sans prévenir, une hallebarde apparut dans sa main droite tandis qu'elle tenait un peu plus fermement l'enfant de son bras gauche. Je regarda l'arme avec attention. Une arme comme celle ci doit être maniée à deux mains pour être vraiment efficace. Sinon, il y aura trop de déséquilibre, de plus, le garçon dans ses bras va la gêner pour esquiver mes coups...si je donne des coups. Je la regarda, elle se présenta comme étant le crime et que de ce fait, tout ce qui résultait d'un crime lui appartenait. Je comprenais mieux, plus besoin de chercher des explications implicite, elle m'avait donné la raison directement. Sa "logique" était maintenant, un peu plus rationnelle que précédemment, même si je la considère toujours comme monstrueuse, son état est compréhensible. Je me demande quelle genre de femme elle a été avant de passer dans ce monde...si elle vient de l'autre monde. Je la regarda dans les yeux, me redressant, faisant face au vent.

-Je suis navré de devoir enfreindre ta logique, mais quoi que tu penses de moi, j'obéis moi aussi à une certaine logique...Et je ferai tout pour respecter mon état d'esprit.

Je me mis en garde, tirant mon sabre avec pour la première fois, l'intention de porter la lame sur quelqu'un. Je tint la garde d'une main et garda l'autre pour garder un certain équilibre dans mes coups. Prendre la lame d'une main réduisait la puissance de mes coups, mais je serai plus rapide c'est certain. Je commença à prendre de l'élan, face au vent. Je couru tant bien que mal dans sa direction, puis sauta, je pris mon envol et remonta plus haut qu'elle, de cette manière, je fus sortit du barrage de vent qu'elle avait créer. Je plongea en piqué dans sa direction, je porta ma lame en direction de son bras droit, pour lui faire lâcher la hallebarde que je redoutais assez je dois l'avouer. Elle esquiva assez habilement mon coup, ce qui m'étonna vu l'envergure de ses ailes, je resta en l'air malgré que j'ai manqué ma cible. Je la regarda et me remis dans une garde aérienne, pointant mon sabre vers elle.

-Repose le garçon, je ne veux pas blesser encore plus ce corps. Je te promets de ne pas y toucher avant que le combat ne soit terminé. Je suis un ange de parole.

Je baissa ma garde légèrement, pour à la fois lui montrer le fait que je n'utilisais pas de technique traîtresse mais en même temps, je pouvais alors garder une certaine réactivité face à une éventuelle attaque. Je regarda plus le corps du garçon que "le crime", je me disais qu'il était de mon devoir de le ramener, mais qu'en même temps, cela n'allait pas être de tout repos, j'espérais simplement qu'elle veuille bien lâcher le garçon pendant le combat, même si cela allait lui redonner le plein potentiel de son arme et de sa mobilité. Je ne voulais pas prendre le risque de toucher ce garçon de mon sabre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




En Savoir Plus
MessageSujet: Re: Colchique dans les prés [Pv Gaby]

Revenir en haut Aller en bas

Colchique dans les prés [Pv Gaby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OtherSide :: Coin Détente :: Rp fini-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit