AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

la bête et le beau [PV Mufasa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité

Invité


En Savoir Plus
MessageSujet: la bête et le beau [PV Mufasa] Mer 4 Jan - 23:20

Mortel ennui.


Moi. L'Orgueil. Je tournais dans ma demeure principale comme un lion dans sa cage. L'ennui, mon plus mortel ennemi, s'était à nouveau emparé de mon esprit et rendait mon humeur exécrable et irascible. Les temps étaient beaucoup trop calmes à mon goût et je prenais grandement sur moi pour ne pas déclarer la guerre au monde entier, tout de suite, rien que pour avoir un peu d'action. Quoi qu'il en fut, je ne restai pas une seconde de plus dans cet endroit, même s'il avait été décoré avec goût par ma personne, et me dirigeai dans ma chambre pour trouver de quoi me vêtir. Les nombreux miroirs qui la décoraient répétèrent mon reflet à mesure que j'avançais et je m'arrêtai pour me contempler. Et oui, je ne m'en lasserai jamais.

J'optais pour un long manteau en cuir avec quelques décorations sur les manches et le col. Sur mon torse? Absolument rien, mes muscles étaient partiellement visibles si je laissais le manteau ouvert, ce que je fis bien entendu. Après tout je ne souffre ni de la chaleur ni du froid. Je choisissais ensuite un pantalon dans la même matière et qui mettait en valeur le reste de ma silhouette en étant près du corps. Des bottes assorties. Le tout en noir bien entendu. Mon regard de braises glacées me détailla une dernière fois et s'assura que rien ne clochait avant que je ne sorte de ma demeure par un de ses passages secrets qui débouchait dans les grottes en dessous de la falaise. Pourquoi les grottes me direz-vous? Une intuition que je trouverai de quoi briser mon ennui.

Le vent fit claquer ma veste derrière moi et se joua de mes cheveux courts quelques instants. Le jour était en train de laisser sa place à la nuit. Une odeur de sang frais vint titiller mes sens et, un bref instant, mes prunelles se mirent à briller d'une lueur étrange. Des grognements se firent entendre un peu plus loin, des bruits de lutte, si je me fiais à mon ouïe, deux personnes. Rien de bien intéressant pour le moment. Je m'éloignais donc de l'endroit pour ne pas dévoiler d'où je venais exactement. Tandis que je marchais, je perçus brusquement et non loin de moi une autre présence. Hostile à ma personne, je pouvais le sentir d'ici. Mes lèvres se fendirent en un sourire narquois et je décidai de la laisser approcher.

Appuyé contre le tronc d'un arbre, je lui laissais entendre que je contemplais l'arrivée de la voute céleste, comme perdu dans mes pensées. De longues secondes passèrent. L'autre créature se décida enfin à m'attaquer et j'esquivai sans problème, l'attrapant par la gorge et la soulevant à bout de bras. Un autre démon visiblement. J'hésitais entre le tuer et le tuer après l'avoir torturé pour savoir quel autre incarnat l'avait envoyé. Brusquement, les grognements qui s'étaient tus résonnaient à nouveau, bien plus proches. Je n'avais pas le temps de faire souffrir celui que j'avais déjà attrapé et mes griffes lui arrachèrent la trachée, le lâchant sur le sol comme on jette un déchet. Le bruit de ses suffocations était grisant à mes oreilles. Je fis alors quelques pas en direction de celui qui jouait à cache-cache.

« Montre-toi. » Demandais-je en m'arrêtant sur place.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Crimson

Métamorphe
Alpha des Félins
MétamorpheAlpha des Félins

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: la bête et le beau [PV Mufasa] Jeu 5 Jan - 10:42

La traque s'était déclarée dans la forêt, à quelques mètres à l'ouest du lac. Ma proie - un dragon, rien de moins - s'était rapidement rendu compte qu'il n'était plus seul et que sa vie pouvait potentiellement être en danger. Enfin, c'est ce que j'avais bêtement cru au départ, m'amusant à le suivre à la trace en laissant le Lion remonter lentement à la surface, lui laissant une partie des commandes. Les moments où la chasse commençaient étaient toujours ceux où l'on collaborait avec la plus grande efficacité, aucun d'entre nous ne souhaitant tirer dans les pattes de l'autre pour éviter une erreur de débutant pouvant nous coûter un bon paquet de fric - et surtout une partie de chasse délicieuse. Dire qu'on s'est planté serait un euphémisme de la plus belle espèce. L'enfoiré qu'on pourchassait était loin d'être un imbécile et le terrain privilégié de certains dragons n'étaient rien de moins que les falaises et leur dédale de grottes et cavernes en tout genre. Et c'était là qu'il nous avait mené, s'assurant pour qu'on ne perde pas sa piste mais ne nous facilitant jamais la tâche, de sorte qu'on ne se doutait de rien, continuant de jouer, faisant du bruit pour attiser sa peur... et nous la sentions. Diffuse mais bien là, s'imprégnant aux feuilles de la forêt jusqu'à ce que le terrain ne devienne de plus en plus accidenté, de moins en moins terreux et progressivement terreux, couvert de pierre par endroit. Le Lion et moi avions comprit. Le sourire qui était venu se dessiner sur nos lèvres n'avait rien d'une grimace et tout à voir avec un rictus dément. C'était autant son terrain que le nôtre, au fond...

La bestiole était de taille moyenne, rien à voir avec l'espèce de gigantosaure qui me servait de frère... autant dire que c'était de la tarte. Dans la limite du raisonnable évidemment. J'en ai bavé, le terrain était difficilement praticable mais j'avais une expérience non négligeable dans la chasse en zone accidentée. Mais au final je l'ai emporté. Laisser le cadavre là était absolument intolérable - je ne m'étais pas fait pelé la fourrure pour rien non plus - et transporter moi-même les écailles relevait à la fois du suicide et de l'impossible. Je me contentais alors de contacter l'un des miens que je savais faire parti des Traqueurs également, l'informant des coordonnées où se trouvaient le cadavre du Dragon pour qu'il envoie une équipe moyenne. Je récupérerais l'argent et quelques écailles pour mon usage personnel plus tard, lorsque le corps serait rapatrié par les moyens habituels. Ce qui signifiait hors de la vue des autres habitants d'OtherSide. Notre existence était un secret et devait le rester... et ma participation à cette sombre traque ne devait jamais se savoir. Les rares au courant étaient si bien ficelés au silence qu'ils étaient même incapable d'ouvrir la bouche ou d'écrire ce qu'ils tentaient de communiquer. Mes ordres, lorsqu'ils étaient insufflés de magie, ne pouvaient être contournés d'une manière ou d'une autre.

Je bâillais généreusement et me dirigeais pesamment jusqu'à l'ouverture sombre d'une grotte à proximité de la zone où gisait le monstre à l'état naturel, ses écailles irisées renvoyant les rayons mourant du soleil de fin de journée. Il fallait que je trouve un truc ou un autre pour me soigner... et reprendre forme humaine était hors de question. Hors de mes moyens serait peut-être plus juste. La fureur de l'affrontement bouillonnait encore dans mes veines, je peinais à me contenir de sauter dans tous les sens et de courir après la première chose mouvante qui me passerait sous le nez, qu'il s'agisse d'une feuille ou d'un autre volatile à sang froid. Lécher mes blessures tranquillement dans le noir m'aurait permis de me calmer peu à peu, mais l'odeur obsédante du sang me parvint soudain. Au parfum léger et musqué de celui du Dragon s'ajouta une odeur tout aussi métallique mais dénotant une vague odeur de souffre, quelque chose de moins naturel, de plus... mauvais. Un grondement léger fit vibrer ma poitrine et je me levais lentement, ignorant la douleur qui me traversa de part en part, ignorant même d'où elle commençait. Je m'approchais de l'ouverture de la caverne, jetant des coups d'oeil de droite comme de gauche, tentant de déterminer d'où pouvait bien venir cette odeur si proche de là où je me trouvais. Avec ma chance de poissard c'était un putain d'enculé qui n'allait pas tarder à me voler mon butin. Je suivis le parfum de sang jusqu'à me retrouver en embuscade sur une corniche minuscule surplombant aussi bien le lieu de la bataille que j'avais mené que les environs immédiats. Ce que j'aperçus ne me plut pas tout à fait... et irrita légèrement mon Lion.

Au bout d'un petit dédal de roche, à l'entrée même de la grotte où un arbre était planté se tenait un type, lui-même à quelque pas d'un autre gars agonisant dans un gargouillis immonde. L'odeur de sang était encore plus intense ici. Et l'intrus avait l'audace de m'ordonner de me montrer. Un grondement sourd, beaucoup plus intense que le précédent m'échappa, roulant entre les parois de la caverne comme un coup de tonnerre. J'ignorais la race de ce gars mais à voir son accoutrement, j'hésitais entre une Gargouille ne cherchant pas à se cacher - quoique sa tronche ne me faisait clairement pas penser à un Ange, un Démon et un Vampire. Les deux derniers concordant davantage à mon goût. Néanmoins si ce gars était un dragon du genre gothique, j'étais dans une merde noire. L'obscurité qui régnait dans la caverne m'offrait un avantage indéniable, si le type avait autant de couilles qu'un gamin, j'avais des chances de l'effrayer et d'avoir la paix. Seulement le cadavre qui gisait à l'entrée me convainquait du contraire... Guigne, quand tu nous tiens. Heureusement la grotte avait un plafond vachement haut - ce qui expliquait que je puisse me tenir sur une putain de corniche dans une grotte - et je pouvais très bien rester là et l'observer tranquillement. Seulement j'avais envie de jouer... et ce type surgissait pile quand je tentais de m'empêcher de courir après les souris.

- J'imagine qu'il faut avoir des couilles pour se pointer ici et demander à une créature inconnue de se montrer. Ou des tendances suicidaires. A voir ta tenue, j'opterais pour la seconde option.

Ma voix grave raisonnait lourdement, renforçant le timbre déjà impressionnant du Lion. Les grottes étaient vraiment idéales pour ce genre de petites scènes. Je m'allongeais sur la corniche en hauteur, jouant avec la pesanteur, en équilibre précaire tant le petit espace de terre qui me permettait de me tenir là était étroit. Un lion normal s'y serait sentit à l'aise... avec ma carcasse énorme, je peinais franchement à ne pas me vautrer. Un faux mouvement et je risquais fort de m'éclater la gueule par terre... ce qui foutrait en l'air tout mon petit speech pour lui coller les boules. Pas vachement impressionnant de se viander comme un con quand on essaie de jouer les durs.

[C'est nul à chier, je suis désolé mais je ferais mieux au prochain ! Je vais peut-être passer au "il", j'ai de nouveau du mal avec le "je" alors qu'avant c'était l'inverse =.=]

_________________
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become Help me believe it's not the real me Somebody help me tame this animal.

#662E3F
|| Nath || Gabriel ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


En Savoir Plus
MessageSujet: Re: la bête et le beau [PV Mufasa] Ven 6 Jan - 3:43

La chute.

L'odeur du fauve étroitement mêlée à celle du sang, je pouvais sentir aisément que celui qui me parlait. Non. Qui me grondait après, dissimulé sur cette petite corniche, était blessé. Je n'étais bien entendu pas aussi efficace qu'un vampire ou un métamorphe en matière de sens, mais j'avais l'expérience. Des adversaires, j'en avais combattu tellement qu'il me serait impossible de les compter tous. Peu importe s'ils étaient forts ou plus faibles, ils m'ont tous permis de m'améliorer à leur façon. J'ai échappé tant de fois à la mort que j'en étais devenu sûr de moi et de mes réflexes. Même si je n'en avais pas forcément l'air, chaque être qui m'a sous-estimé l'a toujours payé de sa vie.

« Si tu veux que nous discutions, tu devrais d'abord commencer par retourner à la place qui est la tienne. »

J'avais pris la peine d'analyser la roche, sa matière, les nombreuses fissures, établis de savants calculs grâce à mon intelligence supérieure et à mon esprit vif. Sans lui laisser le temps de comprendre ni celui de répondre, j'envoyais à l'endroit que j'avais choisi sur la paroi une petite boule faites des ombres, manipulation qui ne me demandait pas grand effort vu mon rang. Elle fusa dans la roche et explosa, provoquant l'effondrement de la corniche sur laquelle se trouvait le métamorphe à la langue bien trop pendue. Je me demandais un instant si les grands fauves retombaient eux aussi toujours sur leurs pattes ou bien si celui-ci allait s'étaler devant moi. Il était vrai que l'imaginer ramper sur le sol avait quelque chose d'amusant, si bien que mon sourire moqueur se fendit un peu plus sur mes lèvres.

« On ne t'a donc jamais appris qu'il ne fallait pas se fier aux apparences? Celui qui a des envies suicidaires n'est autre que toi, tu aurais mieux fait de ne pas me répondre et de partir sans te retourner. »

J'avais parlé de cette voix séductrice tout en étant moqueuse, elle passait de l'un à l'autre avec aisance. Jouer avec les mots, avec les tons, avec les esprits des autres, avec mes victimes, tout cela faisait partie des choses dont je raffolais. Après tout il fallait bien que je comble mon ennui et j'avais réussi à le faire pendant si longtemps que je connaissais bien mon sujet. La poussière due à l'éboulement m'empêchait de voir mieux qu'une ombre et je n'ignorais pas que mon jouet du moment allait sans aucun doute ne pas se laisser faire, ce que j'attendais, les bras de long de mon corps. Ma queue de démon était apparue, dissimulée sous ma cape pour le moment.

En tant que démon, je pouvais sentir le trouble en lui, cette lutte intérieure. Elle était exquise et j'espérais que ce flots d'émotions contradictoires, que cette envie de sang, émanaient d'un être dont le physique serait à mon coût. J'ai toujours aimé lier l'utile à l'agréable. Ma main épousseta mon épaule, puis l'autre. Mes prunelles guettaient ces réactions. J'ignorais royalement l'autre démon qui s'était enfin décidé à rendre l'âme sans que je n'ai une nouvelle fois besoin d'intervenir. L'orgueil était à présent bien décidé à s'amuser aussi, restait à savoir si celui en face de lui serait capable de te tenir le choc.

« Alors vas-tu te présenter ou vais-je devoir arracher de mes propres mains ton nom de ta bouche? » Demandai-je avec un sourire narquois et carnassier.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Crimson

Métamorphe
Alpha des Félins
MétamorpheAlpha des Félins

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: la bête et le beau [PV Mufasa] Ven 6 Jan - 20:51

Les premières paroles qu'il émit laissa Gabriel dans le vague. La douleur qui parcourait son corps en vagues brûlantes accaparait une grande partie de ses pensées au point qu'il en oubliait peut-être toute prudence, mais au fond il n'avait jamais été très prudent. Insouciant, bagarreur, impulsif et sauvage par instant, nul doute... mais prudent, rarement pour ne pas dire jamais. Le sang chaud qui coulait de ses plaies multiples empoissait son pelage d'un or pâle et il sentait avec une acuité douloureuse les écailles endommagées qui lui rentraient parfois dans la chair ou qui s'ouvraient sur sa peau à vif, déversant des flots de sang sur ses flancs ou ses pattes. Heureusement sa « belle gueule » n'était pas entamée. Ou juste de peu. Une marque constituée de quatre longues plaies aux lèvres déchirées débutait sur la courbe de sa joue et se poursuivait le long de son cou, poissant de rouge la crinière pâle qui faisait de lui le roi des animaux selon la légende populaire. Il craignait presque de voir le résultat sous forme humaine. Dans tous les cas, il devinait sans peine que son apparence n'aurait rien à voir avec le gentil garçon insouciant et un peu débile qu'il pouvait laisser entendre aux autres et tout avec le barbare sauvage et impitoyable qu'il pouvait être à ses heures, lorsqu'il laissait les rennes à son Lion. Il observa avec intérêt la silhouette esseulée qui se trouvait à contre jour non loin de lui, voyant dans l'obscurité presque comme en plein jour. Le type était beau, à n'en pas douter, des iris d'un rouge flamboyant, un physique à se damner, il était de ces gars qui ne passaient pas inaperçus et savaient s'en servir pour une bonne ou une mauvaise cause. Dans un cas comme dans l'autre, cela lui donnait une furieuse envie de jouer avec. Dans un cas comme dans l'autre, curiosité et douleur lui firent oublier le peu de prudence dont il pouvait disposer.

La roche sous lui éclata soudain, le déstabilisant brièvement avant qu'il ne recouvre un minimum d'équilibre tandis que la corniche où il s'était réfugiée s'effondrait sur elle-même, emportée par le manque de support. Il glissa brièvement sur la pente escarpée ainsi créée avant qu'un coup de rein habile mais douloureux ne le remette d'aplomb juste à temps pour qu'un bond de courte distance lui permette de se réfugier sur la terre ferme. S'il avait été en meilleure condition, son atterrissage aurait tout eut du lion majestueux en terrain conquis, Ce ne fut pas le cas cette fois-ci. Un grognement sourd lui échappa lorsque ses pattes manquèrent de se dérober sous lui, incapable de supporter son poids plus de quelques secondes. L'épuisement n'était peut-être pas si loin que ça finalement, ou alors l'adrénaline commençait à quitter son organisme et le laissait aussi fébrile qu'un nouveau-né. A la merci du premier caïd venu, à l'image de celui qui se dressait en clair obscur à l'entrée de son refuge. « Il en a de bonnes lui... prendre l'autre sortie l'aurait conduit droit à mon butin. Plus prudent de l'intercepter ici. » C'était une galerie à sens unique. L'entrée qu'il avait empruntée se située à proximité du cadavre encore chaud du Dragon et toutes les écailles qui allaient avec. Soit une excellente raison pour qu'un type comme un autre décide de faire main basse sur la véritable montagne d'or qui se trouvait là... et pour cela, il fallait bien entendu s'assurer que l'actuel propriétaire soit dans l'incapacité de réclamer son dû. En somme, il était de loin préférable de faire face dans l'immédiat, occuper le type pendant que les Autres s'occupaient du cadavre et ne pas donner une raison supplémentaire à cet étranger de lui faire la peau.

Le lion s'assit pesamment dans la poussière, observant d'un œil curieux l'épais nuage qui le couvrait encore à la vue du Démon/Vampire. Son regard capta un rayon mourant du soleil, renvoyant un éclat fluorescent digne des prédateurs comme les loups ou les félins, ces reflets inquiétants qui terrifiaient les proies dans la nuit. Il s'en amusait souvent lorsqu'il chassait une ou deux bestiole. Rien de plus effrayant que deux orbes luminescentes qui vous toisent depuis une hauteur improbable. Il hésita une fraction de seconde sur la conduite à adopter : sauter à la gorge de l'imprudent ou continuer de palabrer quelques temps, juste de quoi l'occuper assez longtemps pour permettre aux Autres d'emporter le corps. Ce furent les dernières paroles que prononça l'inconnu qui le décidèrent. Une lueur joueuse passa vivement dans ses yeux d'un gris pâle et glacial et il se concentra, renvoyant le Lion dans un coin de son esprit le temps de muter. Ce fut long et difficile. Ses blessures tiraillèrent douloureusement tandis que sa peau changeait, que son squelette se réorganisait le temps de reprendre la station bipède qui allait avec. Lorsque le nuage de poussière se dissipa, il était debout même si cela relevait un peu du miracle à ses yeux. Le jean taille basse qu'il portait par dessus un boxer représentaient les seuls vêtements qu'il portait. Le changement lui offrait deux possibilités : où ses vêtements éclataient lorsqu'il passait d'une forme à l'autre, soit ils se fondaient dans sa forme et quand il redevenait humain... soit ils étaient toujours là, soit ils avaient mystérieusement disparu. Cette fois-là, il eut la chance de ne pas apparaître à poil devant un potentiel adversaire.

Sa posture était décontractée, presque invitante et l'éclat dans son regard avait tout de la provocation lascive et sensuelle, le sourire joueur sur ses lèvres complétait parfaitement le tableau qu'il représentait lorsqu'il désirait jouer. Sa voix se fit rauque, invitante agrémentée d'une légère touche d'amusement :

- Si tu veux venir chercher quelque chose dans ma bouche, je préférerais que ce soit avec la langue.

Son sourire mua en quelque chose d'un peu plus prédateur, de moins insouciant. Il s'amusait, il provoquait et, au fond de lui, il attendait avec impatience la réaction de son vis à vis. Globalement, des plaies parcouraient son corps. Son épaule droite était marquée d'une profonde griffure mettant presque l'os à nu, le sang ruisselant aussi bien le long de son bras que dans son dos, d'autres plaies qui hésitaient entre le statut de morsures ou griffures également marbraient ses flancs jusque dans son dos. Sa cuisse gauche était lacérée par un trait unique mais non moins profond, son jean autrefois d'un bleu stone témoignait ouvertement d'une perte importante de sang. Pourtant il se tenait là, bravache et provocateur, peu inquiet et presque sensuel dans sa posture comme si tout cela ne représentait pas grand chose. Après tout, on ne devenait ni traqueur ni Alpha de tous les Clans en gémissant à la première estafilade. Il n'empêchait qu'il lui tardait de pouvoir se réfugier dans un coin pour pouvoir panser ses blessures.

_________________
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become Help me believe it's not the real me Somebody help me tame this animal.

#662E3F
|| Nath || Gabriel ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


En Savoir Plus
MessageSujet: Re: la bête et le beau [PV Mufasa] Dim 8 Jan - 2:56

Le choix.

Une fois que mon opposant atteignit le sol, j'aperçus deux orbes luminescentes à travers le rideau translucide qu'avait installé la poussière entre nous. Sans doute que ce petit tour de passe-passe pouvait faire fuir ou impressionner les faibles d'esprit, cependant il allait de soi que c'était loin d'être mon cas. J'entendis des bruits plus suspects les uns que les autres, des os qui craquaient, des chairs qui se déchiraient, un instant je me demandais si mon jouet du soir était en train de se casser tout seul pour se manger. Le voile se dissipa enfin est je vis quelque chose qui devait avoir meilleure allure dans un meilleur état. Là, ce n'était pas le cas. Je rivai mes yeux aux siens.

« Si j'avais envie de mettre quelque chose dans ta bouche, ce ne serait certainement pas ma langue. »
Avais-je répondu d'un ton rempli de sous-entendus.

Je m'approchai alors de l'autre homme qui était dans un état qui n'avait rien de bandant. On aurait dit qu'il s'était fait mâcher par une créature plus grosse et que celle-ci l'avait recraché négligemment sur une de ses falaises. J'étais à distance raisonnable, enfin la distance de sécurité que ma queue de démon pouvait me fournir. Mon aiguillon était un prolongement de mon corps, capable de se montrer doux ou bien aussi dur et coupant qu'une lame. Particulièrement vif aussi. Grâce à lui, j'effleurais sans me salir les mains ce corps presque décharné par endroit. Les rares morceaux qui n'étaient pas blessés avaient droit à la version soft, les blessures, quant à elles, se voyaient attisées par la version coupante. J'aimais jouer, je le prouvais à mon vis-à-vis.

« Tu es dans un tel état que même un incube ne voudrait pas de toi. »
Rajoutais-je, railleur.

Lentement, je fis le tour de lui, mon aiguillon traînait toujours sur son corps. Joueur, il osa même passer sans gêne sur son entre-jambe. Je me trouvais à présent dans son dos. Mes lèvres s'approchèrent de son oreille. Avec son ouïe, j'étais conscient que le métamorphe ne manquerait pas de les entendre se desceller, comme si j'allais dire ou bien faire quelque chose. Ce n'était point dans mes intentions, je ne fis que souffler doucement en son creux. Provocateur. Je savais également que mon jouet cassé du moment avait autant conscience de ma présence que l'inverse était aussi vrai. Je terminai ma balade autour de lui, ce qui fut le signal muet qu'il était temps de passer à la suite. Profitant du fait que ma victime était affaiblie, ma queue s'enroula brusquement autour de sa gorge et le plaqua avec force sur le sol. Mon genou se posa immédiatement sur son torse pour l'empêcher de se relever, pour surtout me permettre de me pencher et de le regarder.

« Donne-moi une seule bonne raison de ne pas te tuer sur le champs? »
Lui demandais-je de ma voix séductrice et vibrante.

Du bout de mon index, j'appuyai sur la blessure à sa joue pour en faire couler de nouveau le sang. Une fois sur mon doigt, je le rapprochai de ma bouche pour le lécher devant lui, goutant par la même occasion. Je le fixais toujours de mes yeux mêlant braise et glace, encore éteints. Je reprenai un peu de ce liquide carmin et en décorai les lèvres de l'animal blessé.
Jouons petit lion.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Crimson

Métamorphe
Alpha des Félins
MétamorpheAlpha des Félins

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: la bête et le beau [PV Mufasa] Dim 8 Jan - 14:23

La poussière révéla le type qu'il avait déjà aperçu malgré le clair obscur. Cheveux noirs, yeux de braise et tenues ouvertement provocatrice... cela lui tira un vague sourire qui manqua de lui arracher une grimace lorsque les muscles de ses joues tirèrent sur les bords des plaies qui marquaient son cou. Autant pour la séduction... il baissa un instant le regard sur lui-même, constatant les dégâts avec une mine indifférente. Ses vêtements en lambeaux ne le dérangeaient pas, les blessures inquiétantes qui marquaient son corps n'étaient pas un problème... le soucis se situait ailleurs : si Raphaël le voyait dans cet état, il se ferait un plaisir de l'achever dans les règles de l'art. Lorsqu'il releva les yeux, jugeant plus prudent - la bonne blague - de garder son éventuel opposant dans son champ de vision. On ne quitte pas un adversaire potentiel des yeux. Pour river le marron glacé encore imprégné du Lion dans ceux d'un rouge délicieux de ce qu'il identifiait désormais comme étant davantage un Démon qu'un Vampire, mais le doute persistait. Et la réponse qui parvint à ses oreilles éclaira une lueur intéressée dans son regard tandis qu'un sourire lent venait étirer ses lèvres, ignorant le tiraillement douloureux qui en résultat. L'effet global rappelait irrésistiblement le chat satisfait qui s'apprête à jouer avec une souris. Il émit un grondement bas plus proche d'un ronronnement de délicieuse anticipation, sa réponse se faisant d'une voix langoureuse :

- Quelle tentation ! Mais tant de mots pour si peu d'action...

L'autre entama alors une marche, s'approchant de lui d'une démarche souple que le Sauvage qui résidait en lui analysa presque immédiatement. La souplesse et l'assurance transpirait du corps musclé sans trop l'être de son interlocuteur et la panoplie complète du gros dur sexy n'était pas entièrement là pour se la jouer mais avait sûrement une bonne raison d'exister. En tout cas, l'énigme de la race de l'individu fut résolue à l'instant où un appendice caudal se déploya lentement dans sa direction. Méfiant, Gabriel garda un oeil sur elle, le corps tendu dans l'attente d'un geste dangereux, d'une atteinte à sa personne. La queue se contenta d'effleurer sa peau indemne mais la douceur se mua rapidement en douleur lorsqu'elle s'approcha de ses blessures, comme si elle appuyait consciencieusement là où ça faisait mal. Un sourire lent, prédateur gagna ses lèvres. La sensualité demeurait là, la provocation et le jeu également mais l'impression globale se fit prédatrice, moins insouciant, Gabriel paraissait soudain un peu plus dangereux, un peu moins... frivole. Il tressaillit la première fois que l'appendice envoya une décharge de douleur dans son corps, frôlant les zones douloureuses de son corps et s'ingéniant à renforcer son état déjà catastrophique mais il resta stoïque les fois suivantes, rivant son regard dans celui du Démon, son sourire prédateur et provocateur demeurant scotché à ses lèvres. Et les paroles suivantes renforcèrent indéniablement son amusement !

- Je n'en dirais pas autant d'un Démon ou d'un Vampire qui s'éclateraient avec mon corps comme un gosse avec une glace.

Sa propre connerie lui tira un petit rire... Gabriel demeurait aux commandes. Mais l'éclat carnassier qui jouait aussi bien dans ses yeux que dans l'expression générale de son visage rappelait immanquablement le Lion, le prédateur qui dormait sous la couche d'humanité que Gabriel tentait désespérément de conserver autant que possible. Impossible de dire si le Lion n'attendait qu'une opportunité pour s'emparer du pouvoir et sauter sur l'importun pour lui faire regretter sa seule présence en ces lieux ou s'il se contentait d'observer et d'analyser les événements, tellement à fleur de peau après le précédent affrontement qu'il était pour le moment impossible de le renvoyer à sa niche comme Gabriel pouvait fréquemment le dire. Aussi dût-il se retenir lorsque le Démon commença à lui tourner autour, l'espèce d'aiguillon bipolaire ne quittant pas sa peau, poursuivant son manège. Un frémissement agita le coin de ses lèvres lorsqu'un grondement sourd manqua de lui échapper, un long frisson galopant sur sa peau lorsque ses muscles se contractèrent sous la retenue qu'il conservait pour ne pas se retourner d'un bloc et faire face à l'autre... offrir son dos à un démon était la dernière des idioties à ne surtout pas faire. Mais Gabriel était un imbécile, un idiot en stade final et il adorait jouer avec la mort... aussi bien la sienne que celle des autres. Alors il laissa faire, échappant un ronronnement appréciateur lorsque l'appendice s'attarda sur son entrejambe, se penchant légèrement en arrière comme pour se reposer contre le démon lorsqu'il le sentit s'approcher, ses lèvres s'entrouvrir à quelques centimètres de son oreille comme s'il s'apprêtait à prononcer quelques mots pour se contenter de souffler, provocation à peine voilée qui agrandit un peu plus le sourire du Métamorphe.

La vivacité avec laquelle s'enroula l'appendice autour de sa gorge le laissa un instant stupéfait, un instant suffisant pour que le Démon le renverse au sol, le surplombant en posant un genou sur son torse pour le maintenir au sol. Gabriel demeura presque docile durant le mouvement... alors même qu'une bataille épique se jouait au plus profond de lui-même, le Lion rugissant brutalement pour prendre le contrôle et égorger cet abruti suicidaire qui osait le soumettre ! Le mettre sur le dos, le surplomber, le maintenir au sol... c'était une atteinte violente à sa condition et tel le Roi dont il revendiquait et possédait encore la place, il se rebellait furieusement contre la retenue irritante de l'humain en qui il devait vivre. Mais l'humain se contenta de continuer à sourire, observant le manège du doigt glissant sur sa joue, recueillant le sang pour le porter à ses lèvres, le goûter et venir effleurer les siennes pour les recolorer de son propre sang. Gabriel ne quitta pas le démon du regard et entrouvrit légèrement les lèvres, portant sa langue à la rencontre des doigts inquisiteurs avant qu'il ne prononce tranquillement, affalé sur le sol comme s'il s'était lui-même installé de la sorte, nonchalant et lascif sous la poigne du Démon :

- Parce que je suis un bon coup ?

Un rire bref lui échappa avant qu'il ne reprenne, la lascivité présente dans sa voix se muant en malice, un ton joueur qui contrastait parfaitement avec le message qu'il transmit alors :

- Ou parce qu'avant même que tu n'aies le temps de m'étouffer avec ta queue tu crèveras comme un chien ?

Il désigna d'un bref mouvement du menton la longue épine rocheuse qui se déroulait anormalement depuis le plafond de la caverne jusqu'à moins de quelques centimètres de la tempe de son "interlocuteur" un peu particulier. L'épine était épaisse à sa base mais s'affinait progressivement jusqu'à devenir aussi acérée que la pointe d'une rapière... menaçant ouvertement sa vie. On oubliait parfois trop facilement que l'élément maître des Métamorphes étaient la terre, et si Gabriel maîtrisait à merveille son pouvoir Secondaire, il possédait également un pouvoir exemplaire sur le pouvoir Primaire que possédait tous les Métamorphes. On ne pouvait certes pas en dire autant sur le contrôle qu'il possédait sur son Totem. Il releva lentement les bras, montrant le peu d'agressivité qu'il y avait dans son geste, retenant une grimace lorsque les plaies tiraillèrent et plus vrai encore lorsque la poussière et la terre s'incrusta dans les blessures de son dos. Il passa négligemment ses mains sous sa tête, démontrant une confiance en lui absolue... mais surtout un manque cruel de sérieux.

_________________
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become Help me believe it's not the real me Somebody help me tame this animal.

#662E3F
|| Nath || Gabriel ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


En Savoir Plus
MessageSujet: Re: la bête et le beau [PV Mufasa] Dim 8 Jan - 20:25

Le règne de l'obscurité.

« Je ne joue jamais avec la nourriture des autres, surtout lorsqu'elle a déjà été mâchée avant... »

De mes yeux qui se montraient tout aussi intéressés que ceux luisant du métamorphe, je ne manquais bien évidemment pas cette langue mutine et habile sur mes doigts. Je l'avais bien entendu invitée et j'étais plutôt satisfait de voir qu'elle avait montré le bout de sa personne. A présent que j'étais si proche, que je dominais de par la position les débats, je pouvais sentir encore plus vivement l'animal de ma victime s'agiter en lui. Son hostilité. Son impatience. Son envie de sang. Douces effluves qui parvenaient jusqu'à mon corps de démon. Mon rire se mit a accompagner le sien, sarcastique et profondément moqueur.

« Si tu savais le nombre de créatures qui ont dit l'être et qui n'ont jamais été à la hauteur. »
Le ton de ma voix sous-entendait que le métamorphe avait plus de chance d'être comme elles que d'être un réel bon coup.

Lorsque sa menace arriva à mes oreilles, mon rire cessa et un regard insolant s'empara de mes prunelles devenues un brin plus brûlantes. Mes lèvres se fendirent en un sourire narquois. Décidément mon jouet du soir avait beaucoup d 'humour. Je n'arrivais cependant pas à savoir s'il était trop sûr de lui ou bien complètement fou. J'ignorais toujours qui il était bien que sa puissance parvenait jusqu'à moi, ce qui me faisait rester méfiant. Par contre il était en piteux état et cela jouait en ma faveur. Il y avait aussi le fait qu'il ignorait à quel démon il avait à faire, que j'étais plein de ressources et pour finir, que la nuit s'était installée autour d'eux. Le métamorphe me montra quelque chose du menton et je ne bougeais nullement ma tête, pas le moins du monde impressionné. De ma voix qui s'insinue si bien dans l'esprit des autres, je précisai.

« Même si tu m'enfonçais ça dans la tête, cela ne suffirait pas à tuer un démon tel que moi. De plus, tu es blessé si gravement que cela affecte son jugement, sinon tu aurais remarqué que la nuit était tombée et que les ombres étaient devenues plus nombreuses et qu'elle recouvrait la terre. Je suis donc dans mon élément et encore plus puissant que tout à l'heure. »

Pour appuyer mes dires et pendant qu'il se débattait, le sol sous le corps du métamorphe devint un liquide épais et noir, dans lequel il s'enfonçait doucement. Tel des sables mouvants, plus il se débattrait et plus il irait plus vite dans ce monde d'obscurité. Tout autour d'eux semblait s'agiter, sur le sol une mer d'ombres déchaînées répondait à la volonté du démon. Je restais à la surface et je m'étais même relevé, faisant disparaître par la même occasion mon aiguillon.

« Cependant je dois bien reconnaître que tu es plutôt atypique dans ton genre, tu as piqué ma curiosité. Je peux t'aider, mais tout service mérite salaire. Seras-tu prêt à en payer le prix, Métamorphe? »
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Crimson

Métamorphe
Alpha des Félins
MétamorpheAlpha des Félins

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: la bête et le beau [PV Mufasa] Dim 8 Jan - 20:55

Il n'avait même pas daigné regarder ce qu'il lui montrait, peu intéressé, même pas impressionné. A peine suffisamment dérangé pour que Gabriel s'en sente un minimum satisfait. Les sous-entendus du Démon lui tiraient des sourires tranquilles, assurés. Il n'était peut-être pas le coup de l'année mais il possédait quelques atouts dans sa manche malgré tout et quand bien même ce démon en doutait, il s'en fichait pas mal. Dans l'immédiat sa survie et la préservation de son butin étaient les plus importants et il n'avait rien à prouver à qui que ce soit. Et surtout pas à un Démon. Seulement son sourire s'évanouit lentement au fur et à mesure que sa propre imprudence lui apparaissait clairement. Trop sûr de lui, trop insouciant, il y aurait eut bien des manières de le décrire mais il se contenta d'un « Vraiment trop con » tout aussi éloquent. La situation tournait dans sa tête, prenant des allures de moins en moins rassurantes et de plus en plus dangereuses. Ouais, il s'était fait prendre comme un bleu, il n'avait pas réfléchit. En même temps, il ne savait pas immédiatement si ce type était un démon ou pas et n'avait pas prit en compte toutes les possibilités. Ce qu'il y avait d'évident avec Gabriel c'était bien son manque de jugeote et son caractère imprévisible et fonceur. Il se fichait pas mal des conséquences au fond, ou plutôt il n'y réfléchissait pas. Rien de tel que de réfléchir à toutes les possibilités pour se retrouver avec les genoux jouant des castagnettes et le seul désire d'aller se carapater sous le premier lit venu. Et la peur c'était pas son truc. Son truc c'était l'insouciance, la provocation et, un peu plus méconnu, sa sauvagerie brutale et parfois incontrôlable.

Et pendant qu'il s'en rendait compte, le Lion demeurait silencieux. Mais le silence fut de courte durée car à partir du moment où le sol se mua en espèce de sable mouvant qui l'emportait progressivement tandis que l'autre se relevait tranquillement, sûr de lui, il se réveilla. Le gris pâle et glacial du Lion envahit subitement le marron de son regard d'humain. Le sérieux brisa la nonchalance tranquille et paisible qui s'affichait jusqu'alors sur son visage. Plus aucune trace du type joueur et lascif désormais remplacé par quelqu'un de plus méthodique et de certainement moins sympa dans les faits. Un sourire lent et prédateur vint lentement étirer ses lèvres mais il demeura immobile, tranquille et assuré lorsqu'il répondit avec un petit sourire supérieur de cette voix grave et rocailleuse qui n'appartenait pas à l'humain :

- Je l'aurais été s'il avait été d'une quelconque utilité. Ce qui n'est pas le cas ici. L'obscurité est partout ce soir mais la Terre est Mère.

Tranquille, il leva un bras à l'instant ou un tremblement secoua la grotte, une pluie de roche se déversant du plafond de la caverne d'où une épaisse racine suivie de plusieurs autres émergea. La plus frêle s'enroula autour de son bras et tira tandis que les autres attendaient sagement leur tour. La traction aurait pu lui arracher une grimace, mais le Lion était au commande et rien ni personne n'aurait pu lui soutirer la moindre manifestation de douleur et certainement pas de faiblesse alors il demeura silencieux, ne quittant pas le Démon du regard. Lorsque le haut de ses épaules émergea péniblement de la mer sombre, les autres s'enroulèrent progressivement autour de son corps, l'extirpant de la glu sombre et dérangeante. Il ne retoucha pas terre. Supérieur et en apparence inébranlable tel le roi sur son trône, il s'installa au cœur des racines qui s'organisèrent autour de lui pour lui fournir un soutien stable, faisant raisonner la grotte de leur craquement lorsque la roche protestait contre leur invasion. Alors le Lion haussa un sourcil et se passa doucement la langue sur les lèvres, reposant son dos contre une racine plus épaisse qui le soutint sans faiblir. Torse et pieds nus, vêtu d'un jean sali de sang, ses longs cheveux bouclés éparpillés autour de son visage en un désordre qu'on aurait dit recherché, il donnait néanmoins l'impression d'être vêtu d'atours étincelants au milieu d'un château dont il aurait été le Roi. Et pourtant nul orgueil dans son regard, nul mépris ni même dédain, seulement une assurance infaillible et un curiosité animale, sauvage. Dans le sourire qui revint lentement sur ses lèvres, on retrouvait aussi bien le Lion fier et indomptable que l'Humain joueur et imprudent :

- Savais-tu que les Lions étaient des chasseurs nocturnes essentiellement ? La nuit ne me fait pas peur... Il est des défi qui m'intéressent... Quel est ton nom ?

_________________
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become Help me believe it's not the real me Somebody help me tame this animal.

#662E3F
|| Nath || Gabriel ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


En Savoir Plus
MessageSujet: Re: la bête et le beau [PV Mufasa] Dim 8 Jan - 21:49

Echec au roi.

Les prunelles de la créature blessée virèrent en un gris métallique et plus froid, j'étais assez observateur pour remarquer ce changement. Son aura. Sa posture. Tout indiquait que je n'avais plus vraiment à faire à la même personnalité. Pour mon plus grand plaisir. Ce fut l'intonation de cette voix et le sérieux sur ce visage qui me le confirmèrent. Et pendant que le corps abimé s'extirpait de sa semi-prison de boue noirâtre grâce à des racines, lui créant ensuite un trône qui n'avait rien de très classe, j'observais ses gestes. Cela m'amusait de voir à quel point j'avais à faire à une créature fière. Pourtant la fierté n'avait rien à voir avec l'orgueil. Le voir lutter à ce point avec cette certitude que j'ignorais qu'il souffrait, fit persister mon sourire moqueur sur mes lèvres. Je n'aspirais pas être le seul debout alors, à une vingtaine de mètres de lui, des ombres m'élevèrent un siège à la hauteur de ma personne. D'un noir poli. Brillant. Simple mais chic. Je m'installai dessus avant de croiser et surtout de soutenir son regard, à présent à la même hauteur que lui.

« Le seul lion que j'ai connu orne le sol de mon salon de sa fourrure »
Provocateur à souhait.

Les jambes un peu écartées, j'étais tout aussi détendu en apparence que celui qui semblait continuer à vouloir faire la conversation. La position dévoilait davantage de mon torse et de ma peau, pas un seul gramme de graisse sur ce torse digne d'une statut grecque. J'étais l'orgueil, j'étais donc la tentation par essence. Et cela sans bouger. Les autres péchés allaient et venaient en moi, je leur donnais indirectement naissance. J'en jouais et je jouais. Celui qui me fixait avec la plus grande attention semblait être de la même nature joueuse mais dangereuse, ce qui n'était que plus excitant.

« Des défis qui t'intéressent? Tu ne parles pas de moi j'espère. »
Après tout je n'étais pas la proie dans l'histoire, c'était lui qui était la mienne.

Un démon apparut à côté de moi, grâce aux ombres, et me tendit une coupe opaque remplie d'un liquide rougeâtre. Après tout, la discussion s'annonçait plus longue que prévu alors autant se mettre à l'aise. Je la saisis dans ma main et mon serviteur disparut aussitôt. A présent que nous n'étions plus que deux, je reportais mon attention sur le fauve en face de moi. Son attitude me laissait à penser qu'il devait s'agir de leur chef, c'était toute fois à vérifier.

«Si tu veux connaître mon nom, commence donc par te présenter en premier, comme je te l'ai déjà suggéré. »

Toujours dans un esprit de franche provocation, je levai mon verre comme si je portais un toast à sa santé. Il émanait une odeur étrange de ma boisson, celle du sang et aussi autre chose. Je n'en bus qu'une petite gorgée et ma langue passa sur mes lèvres lentement pour les essuyer. Dans mes yeux on pouvait lire à quel point j'appréciais le breuvage. Je venais de me pourlécher devant mon vis-à-vis après tout. Mon bras se reposa sur l'accoudoir, le verre encore dans la main.

« Je t'en aurais bien proposé mais je doute que tu sois assez fort pour l'encaisser. »
Et hop, nouvelle touche de moquerie et de provocation.
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Crimson

Métamorphe
Alpha des Félins
MétamorpheAlpha des Félins

avatar

En Savoir Plus
MessageSujet: Re: la bête et le beau [PV Mufasa] Lun 9 Jan - 7:48

Écourter l'entrevue s'avérait être la meilleure solution à sa disposition. Tout roi qu'il fut, toute créature puissante qu'il pouvait incarner aux yeux de bien des métamorphes et parfois d'autres créatures, il n'en demeurait pas moins sensible aux blessures de la chair et à la fatigue. Heureusement sa personnalité était un peu plus résistante que celle de l'humain qui le laissait pour l'instant faire, le temps d'encaisser l'utilisation massive de leur pouvoir Primaire. Au fond, il avait une excellente maîtrise sur les deux pouvoirs qu'ils possédaient mais il avait une résistance moindre comparée à celle de Rai, le Lion. La distance lui importait peu à celui-là, s'il ordonnait à un métamorphe ou à un animal bien précis de venir, celui-ci venait. C'était ainsi et guère autrement, Ils n'avaient pas le choix que de répondre à son Appel. Pour Gabriel c'était un peu plus compliqué. Plus la distance était grande, plus la résistance était forte, plus cela lui coûtait et risquait de le mettre à terre pour un temps indéterminé. En attendant Rai s'éclatait à faire étalage de toute sa puissance alors qu'il se trouvait dans son propre corps. S'il ne ressentait aucun contrecoup, ce ne serait pas son cas lorsqu'il reprendrait le contrôle de sa chair et de son esprit... raison pour laquelle il n'était pas impatient de revenir sur le devant de la scène. Alors il resta simple spectateur, se pourléchant lui-même les babines en observant le manège ouvertement provocateur du Démon. Rai, lui, se contentait de hausser un sourcil narquois pour montrer le peu d'intérêt qu'il portait aux effets de leur interlocuteur. Il est des choses qui n'intéressent que peu le Lion, le sexe et la reproduction en faisaient partie. Pour lui c'était marche ou crève, il ne désirait rien de plus que de demeurer au sommet de la chaîne alimentaire et tout défi était à relever pourvu qu'il paraissait à sa hauteur. Seulement dans l'immédiat il avait conscience de sa propre faiblesse et de cette vulnérabilité dont il pouvait être victime. Il était fort et puissant, résistant comme peu pouvaient prétendre l'être mais il n'en restait pas moins mortel et non moins capable de s'effondrer de fatigue. La première réponse concernant le Lion lui servant de descente de lit attira un sourire méprisant sur les lèvres du Lion :

- C'est qu'il n'était pas à la hauteur.

Marche ou crève. Survis ou je te laisse derrière moi. Néanmoins il était l'Alpha des Métamorphes dans leur ensemble, « Sa Majesté des fourrures » comme disaient certains et cela l'amusait réellement. Tous ces semi hommes étaient sous sa protection mais il ne pouvait sauver tout le monde et certains échappaient à sa vigilance, mais pour l'instant il s'était montré assez efficace. Dans l'ombre, certes, pour ne pas foutre en l'air sa couverture de parfait débile.

- Toi ? Hm... si, éventuellement. Tout dépend de toi, mais avant tout de moi. Tu ne représentes rien à mes yeux tant que je n'en ai pas décidé autrement.

« Et tu pourrais bien me tuer que ta valeur n'augmenterait pas pour autant. Il faut plus que du pouvoir et de la force pour représenter quelque chose. » Il sourit, appréciant le confort relatif des racines le soutenant et plus particulièrement celle qui se trouvait dans son dos. Si l'arbre avait été d'une autre espèce il se serait servit de la sève pour endiguer l'écoulement du sang ou simplement désinfecter sa blessure mais l'arbre en question n'était rien de plus qu'une espèce commune sans réel intérêt pour sa situation immédiate alors il se contentait d'un minimum de confort. En attendant l'opportunité pour tourner les talons. Il étendit lentement sa conscience aux alentours, recherchant une présence animale qu'il trouva quelques mètres plus loin en la personne d'une chauve-souris esseulée, sans son essaim. Il l'orienta vers l'extérieur, lui ordonnant d'aller vérifier l'avancement des travaux non loin de là. Le cadavre était-il encore là ? Il ne lui restait plus qu'à attendre une réponse. A partir de là, il pourrait bien aller se réfugier au cœur de la roche et se frayer un chemin jusqu'à l'extérieur. Inutile de rester là pour profiter du corps alanguit qui lui faisait face quand bien même Gabriel paraissait franchement intéressé... abruti.

- Il est de coutume de donner sa propre identité avant de demander celle d'autrui. Question de courtoisie... du reste, à voir l'accoutrement dans lequel tu te déplaces, tu dois ignorer bien des choses à ce sujet. Et sache que j'encaisse sans doute mieux que toi.

_________________
So what if you can see the darkest side of me ? No one would ever change this animal I have become Help me believe it's not the real me Somebody help me tame this animal.

#662E3F
|| Nath || Gabriel ||
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


En Savoir Plus
MessageSujet: Re: la bête et le beau [PV Mufasa] Jeu 12 Jan - 0:23

Boire ou ne pas boire?

Je sentais l'ennui revenir au galop. Me serais-je trompé? La science infuse ne faisait pas partie de mes pouvoirs mais je persistais à vouloir réduire le fossé entre mon savoir et la connaissance absolue. En plus de deux milles années, j'avais eu le temps d'apprendre beaucoup, de découvrir certains, d'arracher à d'autres pour faire mien. Quoi qu'il en fut, toutes ces palabres commençaient à n'être plus qu'un brouhaha de sons qui, normalement mis bout à bout, formaient des mots, qui eux même formaient des phrases. Seulement il était clair à présent que nous ne parlions le même langage. Il était encore plus lassant que son hôte à qui il avait volé la vedette.

« Oui, il n'y a qu'à poser les yeux sur toi pour voir à quel point l'esthétisme est un domaine qui n'a plus aucun secret pour toi.»
Précisais-je, narquois

Mes lèvres trempèrent à nouveau dans mon verre, l'odeur était alléchante. Je scrutai le travail de l'artisan qui avait créé cette coupe. Elle était de très bonne facture, avec des finitions parfaites. Sur un côté, quelques dorures qui retraçaient, pour celui qui leur prêtait attention, mes initiales. Quelques secondes je fus pensif en regardant le liquide d'un rouge foncé tournoyer par l'œuvre de mes mains. Puis je me relevai, ne laissant que ce verre derrière moi. J'avais bien précisé à mon vis-à-vis qu'il ne s'agissait pas là d'une boisson pour les petites natures. Peut-être que le lion se montrerait curieux et courageux au point de goûter. Le choix lui appartenait.

« Tu es tellement ennuyeux que tu as même réussi à m'ôter toute envie de te tuer. Rester si souvent sur ton siège t'a rongé ce qui te restait de cervelle. Ce n'est pas la hauteur avec laquelle tu regardes les gens ni la taille de ton trône qui font de toi quelqu'un d'important ou digne d'intérêt. »
Rajoutais-je en réponse aux paroles du métamorphe.

La brise joua de nouveau avec mes cheveux et mes vêtements. Je détournais mon regard de glace brûlante de cet être qui empestait le sang et la chair abîmée. Il était le seul à décider de ce qui avait de l'intérêt? Foutaises. Encore un qui vivait dans son petit monde sans oser affronter la réalité. Qu'il reste dans son pseudo château fait de racines pourries. Je n'avais pas l'intention de passer une seconde de plus dans cet endroit qui n'avait rien d'amusant. Mais j'étais d'humeur magnanime ce soir, je lui laissais la vie sauve. La vérité était que j'avais envie de me défouler à présent et je n'aurai aucun mal à me trouver de la compagnie. Peut-être même plusieurs. La gourmandise me brûlait la peau.

«Au fait, un de tes sous-fifres a oublié ça. Le personnel ça n'est plus ce que c'était. »
Moqueur à souhait.

Au même instant où ma bouche insinuait que j'en savais beaucoup plus que ce que j'avais montré jusque-là, je posai à côté du verre une écaille de dragon, recouverte de sang séché. Placée comme elle l'était le métamorphe serait obligé de se lever et de venir voir pour connaître la nature de ce que j'avais laissé pour lui, en plus du liquide inconnu. Comment j'avais su pour le dragon? C'est assez simple. Durant ma longue existence j'avais été confronté à beaucoup de créatures et je reconnaissais sans difficulté les plaies que leurs griffes et leurs dents étaient capables de faire. De plus, vu la taille du lion, une seule créature était capable de lui faire de telles blessures sans avoir besoin d'aucune arme fabriquée.

« Adieu, roi de pacotille. »
Lançai-je froidement avant de disparaître au milieu des ombres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




En Savoir Plus
MessageSujet: Re: la bête et le beau [PV Mufasa]

Revenir en haut Aller en bas

la bête et le beau [PV Mufasa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OtherSide :: Coin Détente :: Rp fini-
Sauter vers:
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit